"Un été à Nouméa" s'installe au parc de Rivière-Salée

vacances nouméa
L'opération "un été à Nouméa" a démarré sous la pluie, ce mardi 11 janvier. ©Louis Perin / NC la 1ère
L'opération "Un été à Nouméa" démarre pour quatre semaines avec une vingtaine d’activités ludiques et gratuites, destinées à tous les publics et tous les âges. Du cirque, des sports, de la culture, de l’artisanat, de la musique ou encore du numérique… il y en a pour tous les goûts et c'est au parc municipal de Rivière-Salée que ça se passe.

La pluie n'aura que très légèrement perturbé les festivités de l’été, qui ont débuté ce mardi 11 janvier. Cette année, la mairie de Nouméa innove avec une nouvelle formule pour occuper les jeunes Calédoniens. "Un été à Nouméa" vient exceptionnellement remplacer "Nouméa plage". L'opération estivale, qui rassemble de nombreuses animations, vise à fédérer les enfants des quartiers et à favoriser le lien social.

Le reportage de Martine Nollet.

Un été à Nouméa

Pendant quatre semaines, le parc municipal de Rivière-Salée est investi par "des activités pour toutes les générations" précise Mathieu Granet, le référent événementiel. "Il y aura de la culture, de l'artisanat, des ateliers environnement, des grands jeux...etc"

Les activités en tout genre sont encadrées par des animateurs socio-éducatifs. "Aujourd'hui, on organise un grand jeux qui va se faire toute la semaine. Le but : survivre toute la journée aux différentes épreuves qui vont avoir lieu, pour être le dernier survivant à la fin de la journée et devenir le roi des jeux" explique Kylian Tapi, animateur en maison de quartier.

Activité ludique et sportive, lors de l'opération "Un été à Nouméa", au parc de Rivière-Salée. ©Martine Nollet / NC la 1ère

Avec les mesures sanitaires en vigueur, la jauge pour le public et les intervenants est limitée à 400 personnes. Le port du masque est obligatoire pour les plus de 11 ans, sauf pour les activités sportives. Les enfants et leurs parents ont rendez-vous jusqu'au 4 février, de 9h à 16h, du mardi au vendredi.

Le reportage de Natacha Lassauce-Cognard et Louis Perin.

©nouvellecaledonie