publicité

L'exposition "Nyî Mwâ" des collégiens de Yaté

Du 20 au 24 novembre 2017, les élèves du collège de Yaté organisent leur exposition « Nyî Mwâ » (« poteau central » en langue nââ numèè) à la Médiathèque de Yaté.

© PFS
© PFS
  • Nadine Goapana avec Patrice Fesselier Soerip
  • Publié le

L'équipe pédagogique est partie d'un constat : "sur la commune de Yaté, la case traditionnelle et les deux langues kanak : le numèè et le drubea s’effacent peu à peu du quotidien de nos élèves."

Une exposition "interdisciplinaire"

La réforme du collège, issue du projet éducatif calédonien, applicable dès la rentrée prochaine, a permis aux enseignants, d'expérimenter, dès cette année, la mise en place des "enseignements pratiques interdisciplinaires". Cet EPI a porté sur la thématique « les fondamentaux de la culture kanak.
"Nous avons choisi de travailler sur la case et avons baptisé ce projet « Nyî Mwâ » qui signifie poteau central en nââ numèè.", explique Patrice Fesselier-Soerip, professeur d'histoire-géographie.
© PFS
© PFS
Ainsi, plusieurs disciplines ont contribué à cet EPI : l’histoire, le français, l’ELK, les mathématiques, la technologie, les arts plastiques. Les élèves de 4e et de 3e ont étudié la case, ses symboliques, son histoire, ses croyances. Ils ont fabriqué des maquettes de case. Ils ont dessiné et réalisé des plans y compris en 3D.
© PFS
© PFS

"Mais, nous ne voulions pas faire une énième étude sur la case mais que la case soit la porte ouverte pour vivre, faire vivre le monde kanak."


Renforcer les liens de la communauté

Organisateur de cette exposition, Patrice Fesselier-Soerip souligne que "nous ne voulions pas faire une énième étude sur la case mais que la case soit la porte ouverte pour vivre, faire vivre le monde kanak."
Selon le professeur d'histoire géographie, "cet EPI a permis de créer des liens entre tous les acteurs de notre communauté, de renforcer ces liens. Chacun d’entre nous, élèves, agents, enseignant, parents, grands-parents, petits des écoles primaires, animateurs de la Médiathèque."

Il ajoute en indiquant que "chacun y a trouvé sa place et y a joué un rôle en fonction de son savoir et savoir-faire.
Donc, au travers de ces transmissions, de ces liens, nous sommes au cœur de la culture kanak. Nous sommes entrés, un par un, dans la Grande Case et nous y sommes sortis grandis par les liens qui s’y sont tissés."

© PFS
© PFS
L’inauguration de l’exposition s’est déroulée mardi après-midi par une cérémonie coutumière en présence des membres du Sénat coutumier, des chefferies de Yaté, des représentantes du Service de l’Enseignement des Langues et de la Culture Kanak (ELCK), de la Mairie de Yaté et du GPE (Groupement des parents d’élèves).
© PFS
© PFS
Inspirés par la case, des élèves ont lu leurs poèmes en Français, en Numèè, en Drehu et en Créole. Puis, la troupe de danse du collège a fait une prestation devant un public conquis en interprétant plusieurs danses :
  • la danse du « Böcu » puis,
  • celle de la Case,
  • et pour clore avec un « Bwawerii », un pilou final.
Nyî Mwâ - danses

Cette inauguration s'est terminée autour d'une collation préparée par les parents du GPE. Des paroles de remerciements et d'encouragements ont ainsi clôturé cette rencontre. Les parents encourageant les élèves de 3e à réviser pour le diplôme national du brevet qui approche.

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play