publicité

Provinciales : quelles sont les règles à respecter en matière de financement de campagne ?

A tout juste un mois des élections provinciales, gros plan sur ce que certains considèrent être « le nerf de la guerre ». Comme, pour toutes les élections, les Provinciales sont encadrées par le code électoral, mais pas seulement.  

© DR
© DR
  • Angélique Souche avec L.A
  • Publié le , mis à jour le
Les Provinciales, comme toutes les élections, sont encadrées par le code électoral. Mais ce scrutin, qui n'a pas son équivalent sur le territoire français, a aussi ses spécificités.


Des dépenses plafonnées 


Il faut savoir, pour commencer, que les dépenses de campagne ne sont pas libres mais limitées en fonction du nombre d’habitants de chaque Province. Un plafond a ainsi été fixé à 2 927 457 francs pour la Province des îles, 6 902 805 francs pour le nord et 19 773 025 francs pour les candidats de la province sud.


L'obligation de déclarer un mandataire financier  


Autre règle fondamentale, la liste candidate doit obligatoirement désigner un mandataire financier, une association de financement de campagne ou une personne physique, qui sera seule habilitée à recevoir les fonds et à engager des dépenses, via un compte bancaire propre à la campagne. Ce mandataire financier ne peut, en aucun cas, être membre de la liste en compétition. La période électorale durant laquelle les listes de candidats peuvent engager des dépenses et recueillir des fonds en vue de récolter des voix, débute douze mois avant le premier jour du mois de l’élection.
 

Des sources de financement très précises 


La loi identifie quatre sources de financement possible : le versement de dons de personnes physiques dans la limite du plafond autorisé, les dons de Partis ou groupements politiques agréés, les fonds personnels des candidats – épargne personnelle ou emprunts, et enfin les recettes diverses issues par exemple de la vente d’articles. Pour être clair, le code électoral interdit strictement aux candidats de percevoir un don de la part d’une personne morale, autre qu’un parti politique. Autrement-dit, l’élu sortant peut continuer à utiliser les moyens de la collectivité pour assurer l’exercice de son mandat. Mais, il lui est interdit d’utiliser les moyens de la collectivité – véhicule, téléphone, ordinateur -  pour les besoins de la campagne.

De la même façon, l’utilisation des agents de la collectivité, qu’ils soient agents administratifs ou collaborateurs de cabinet, aux heures de travail, n’est pas autorisé, sauf dans le cadre de leurs congés.
 

Sur le même thème

  • politique

    Le prochain gouvernement sera élu le 13 juin

    Le calendrier politique se précise pour la suite de la séquence, intense, consécutive aux élections provinciales : les membres du seizième gouvernement de la Nouvelle-Calédonie seront désignés par le Congrès le jeudi 13 juin. 

  • politique

    Démission collective au Rassemblement démocratique océanien

    Le RDO dans la tourmente, après les élections provinciales en Nouvelle-Calédonie et le rapprochement de vendredi 24 mai entre le FLNKS et l’Eveil océanien ? Deux cadres et plusieurs militants de cette composante du front indépendantiste ont en tout cas claqué la porte mardi soir. 

  • politique

    L’Avenir en confiance prône le consensus au gouvernement

    L’Avenir en confiance prend acte de la nouvelle donne politique au sein du Congrès de la Nouvelle-Calédonie. Dans un communiqué, le parti loyaliste appelle le FLNKS et l’Eveil océanien à travailler avec lui au sein du gouvernement pour relancer l’économie calédonienne. 

publicité
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play