nouvelle calédonie
info locale

Jusqu’à quel âge peut-on conduire ?

sécurité
Conduite personnes âgées
©Claude Lindor
La conduite et le vieillissement.  Ce sujet préoccupe les familles mais il reste peu connu. Une fois le permis de conduire acquis, les conducteurs ne se remettent jamais à niveau. Que faire pour les personnes âgées? Comment les aider à bien vieillir en conservant leurs habitudes de vie ?
A 77 ans, Annie Forsinetti prend sa voiture pour faire ses courses, se promener ou rendre visite à sa famille. La conduite lui permet de conserver un lien social : « Çà me permet de monter les voir assez souvent, de ne pas les déranger, d’être autonome tout simplement ».
Cette conductrice circule sur les petits axes routiers et évite de rouler la nuit tombée. Après plusieurs décennies de conduite, Annie a une seule crainte : l’accident de la route. Pour éviter tout problème, elle évalue régulièrement ses capacités physiques et intellectuelles. Elle arrêtera de conduire quand elle estimera qu’il y a des risques à continuer, pour elle comme pour les autres. 
 

Un enjeu sociétal

La conduite automobile et le vieillissement, un enjeu sociétal en Nouvelle-Calédonie. Pourtant, peu d’études existent sur le sujet.
Une conférence organisée par le centre communal d’action sociale de la ville de Nouméa permet de lancer des pistes de réflexion pour accompagner les séniors de plus de 65 ans. Ils représentent 8,63 % de la population.
« On a tendance à dire : ils vieillissent, ils sont malades, on va leur retirer les clés de voiture. Je ne sais pas si finalement c’est bien de faire çà. Peut-être qu’il y a d’autres leviers » explique Valérie Albert-Dunais, praticien hospitalier en gériatrie au CHS. 
 

Les trois-quarts des séniors calédoniens conduisent

En Nouvelle-Calédonie, 75% des personnes âgées de plus de 60 ans possèdent un ou plusieurs véhicules. Un taux important de conducteurs et des personnes souvent plus attentives dans leurs déplacements en voiture.  
Conduite personnes âgées
©NCla1ère
 

Peu d’accidents

Sur la période 2014-2018, on compte 45,5 % de présumés responsables d’accidents corporels pour les 20-34 ans contre 6,35 % pour les plus de 65 ans.
« Il ne faut pas stigmatiser les séniors en matière d’accidentalité » explique Thomas Lehmann, médecin agréé pour le permis de conduire, « par contre il faut qu’on les protège parce que lorsqu’il y a un accident, ces accidents sont beaucoup plus graves pour eux. »
 

Consulter pour s’évaluer

Cette conférence s’adresse aussi aux familles. Parmi le public, un homme qui accompagne son père de 85 ans. Ce dernier continue à conduire malgré un début de maladie d’Alzheimer. Ronald Francisot compte accompagner son père pour un changement progressif d’habitudes quand ce sera nécessaire, avec notamment l’usage des transports en commun ou des transports privés qui pourront prendre en charge son père. 
Des solutions existent et doivent être connues des conducteurs séniors. Lorsqu’un doute s’installe, la personne âgée ne doit pas hésiter à consulter son médecin traitant qui évaluera ses capacités et ses besoins.
Le reportage de Natacha Cognard et Claude Lindor  
©nouvellecaledonie

Manuel Cellard, formateur en prévention routière était l’invité du journal télévisé de Dave Waheo-Hnasson ce 25 juillet. 
©nouvellecaledonie
Publicité