La question de la Nouvelle-Calédonie examinée à l’assemblée générale de l’ONU

onu
Projet de résolution ONU
©Nc la 1ère
Le comité spécial des vingt-quatre a présenté ce samedi son rapport concernant l’application de la déclaration sur l’accession à l’indépendance des peuples colonisés, pour lequel le territoire est concerné. Un projet de résolution a été adopté.
Dans ce projet de résolution, trente-quatre points au total sont présentés dans lesquels le Comité spécial des vingt-quatre souligne l’importance d’assurer le transfert rapide des dernières compétences à la Calédonie, prévu dans l’Accord de Nouméa. La structure de l’ONU note aussi « la nécessité de traiter" rapidement les questions de la "sous-représentation des kanak" au sein des différentes instances, la question "des flux migratoires" ainsi que les "effets" de l’exploitation minière "sur l’environnement".

Pour Mikaël Forrest, membre du bureau politique du FLNKS en charge des relations extérieures, le projet de résolution est un outil sur lequel le parti pourra désormais s'appuyer. « C’est écrit noir sur blanc, c’est pas nous qui l’inventons mais c’est aussi important pour nous, dans la mesure où l’on va pouvoir s’appuyer dessus. Les manquements des différents parties prenantes sur le transfert des compétences, sur l’emploi local, sur l’exploitation de nos ressources naturelles qui ne profitent pas aux intérêts des populations concernées mais aux intérêts étrangers… Différents outils sur lesquels nous pourrons nous appuyer pour ré-équilibrer l’ensemble des choses par rapport à la fin de l’Accord de Nouméa », assure le membre du parti.
 

Référendum équilibré


Une réponse de l’ONU avec laquelle le FLNKS compte justifier ses positions pour les prochaines campagnes électorales. « C’est d’abord une réponse à l’ensemble des partis prenantes de l’Accord de Nouméa. Au niveau des différentes campagnes nationales que l’on va débuter prochainement, on doit aussi pouvoir s’appuyer sur différents arguments qui sont inscrits dans la résolution et qui nous concernent. Pour avancer sereinement vers la seconde consultation et faire en sorte que les listes électorales soient sincères et crédibles. Mais aussi que le second référendum soit réellement équilibré », poursuit Mikaël Forrest.

Le comité spécial des vingt-quatre a également salué le bon déroulé du dernier référendum, « réalisé dans le calme, conformément à l’Accord de Nouméa ». Il note également avec satisfaction, « que les contacts entre la Nouvelle-Calédonie et les pays voisins du Pacifique Sud s’intensifient, y compris grâce à l’accueil de délégués néo-calédoniens au sein des missions diplomatiques et consulaires françaises de la région ». Le comité souligne enfin l’importance d’établir "des listes électorales  justes, régulières, crédibles et transparentes comme prévu par l'Accord de Nouméa (...) pour l'organisation des consultations futures". 

Mikaël Forrest, membre du bureau politique du FLNKS en charge des relations extérieures, au micro de Jeannette Peteisi :

Comité Spécial ONU Interview Mikaël Forrest

Les Outre-mer en continu
Accéder au live