La quête de la professionnalisation pour des danseurs de hip-hop

culture
HIP HOP CCT
La formation professionnelle de danse hip-hop se termine ce vendredi au centre Tjibaou à Nouméa.
Au centre culturel Tjibaou, quinze jeunes suivent une formation dispensée par la province Sud en partenariat avec la compagnie Moebius. L'objectif est d'accompagner les danseurs calédoniens vers la professionnalisation. 
C’est la rencontre entre un chorégraphe de renom et les danseurs hip-hop de la province Sud. Originaire de Seine-et-Marne en Métropole, Medhi Ouachek est l’ambassadeur d’un courant hip-hop à l’univers poétique, abstrait et lyrique. Sur la scène du centre culturel Tjibaou, il partage son  expérience axée sur la technicité du danseur et l’écriture chorégraphique.

15 danseurs participent à cette formation professionnelle de 10 jours, ils sont pour la plupart autodidactes. Ce stage leur permet d'acquérir des outils pédagogiques, afin de pouvoir mener des ateliers et transmettre leur discipline. A l’issue de cette formation, 6 danseurs seront sélectionnés pour une création valorisée l’an prochain lors de la quinzaine du hip-hop.

A l’origine de ce projet la province Sud, en partenariat avec la compagnie Moébius. Un projet cofinancé par la province Sud, la mission aux affaires culturelles et le centre culturel Tjibaou. 

Le reportage de Sheïma Riahi et de René Molé 
©nouvellecaledonie