Rester solidaires, surtout en cette période de confinement

solidarité
Dorcas solidarité
©Medriko Peteisi
Tous les samedis matins, ils sont une quinzaine de bénévoles très actifs de l’association Dorcas à distribuer des aides alimentaires aux familles les plus précaires du pays. L’association est d'autant plus active en cette période de confinement.

"Des céréales, du riz, des pommes de terre." De beaux sacs de produits frais, de quoi tenir tout un mois pour une famille en difficulté. C’est le cas de Raï et sa maman de 70 ans, elles ont fait le déplacement depuis Robinson à l'association Dorcas. La septuagénaire perçoit 100 000 frs par mois dont une grande partie va au loyer, une seconde pour ses frais médicaux. Difficile alors de boucler le mois dans un foyer qui compte cinq personnes, dont deux enfants. Cette aide est une bénédiction, confie Raï. "C'est difficile pour toutes les familles, même sans la crise. Au quotidien, c'est déjà compliqué. Grâce à cette initiative, ça nous permet de survivre. Là, le covid complique beaucoup les choses." 

dorcas solidarité
©Medriko Peteisi

Samedi dernier, 21 familles ont reçu des aides alimentaires de Dorcas. Ce samedi matin, seulement cinq sont venues, certaines n'ont pas pu se déplacer par manque de bus. Pour le pasteur Louis Levant, le confinement les incite à demander de l’aide, tellement la situation est difficile. "Le confinement amène ces personnes dans la précarité à se manifester. Peut-être qu'avant, elles essayaient de se débrouiller pour subvenir à leurs besoins, c'est normal, on a notre amour propre."

Louis Levant

Offerts par des grandes surfaces ou des associations

Ces produits alimentaires de première nécessité sont offerts par des grandes surfaces ou encore des associations. D’autres, comme le riz, ont été achetés à l’initiative de l’association Dorcas elle-même. Samedi prochain, le pasteur et ses bénévoles seront encore là pour accueillir les familles, toujours dans le respect des gestes barrières.

Solidarité Dorcas
©Medriko Peteisi

L’association Dorcas est présente tous les samedis de 8 heures à 11 heures près de l’église pentecôtiste de Normandie.

Le reportage de Medriko Peteisi :

Reportage à Normandie