Retour sur le passage de Niran à Nouméa

cyclones
Niran Nouméa
©Claude Lindor / NC la 1ere

Toitures qui volent, arbres déracinés, bateaux échoués ou endommagés... le cyclone tropical Niran n'a pas épargné la Nouvelle-Calédonie. À Nouméa, les dégâts sont nombreux, comme sur l'ensemble du territoire.

15 heures depuis la tour Mobilis de Nouméa, samedi 06 mars 2021. Sous le soleil, Niran pousse ses premiers souffles. Le vent de Nord-Est est à peine établi. Un quart d'heure plus tard en baie de Numbo, les rafales se déchaînent et lèvent les embruns.

Le reportage de Bernard Lassauce et Claude Lindor :

Rafales

Les voiliers au mouillage, se couchent sous la bourrasque. Un reste d'abris en tôle est soufflé comme un fétu de paille. Les pompiers sont partout à la manœuvre. Dans le quartier de Tindu, une toiture menace de s'envoler. 

Niran Nouméa 2
Lors du passage de Niran sur Nouméa. ©Claude Lindor / NC la 1ere

Du côté de Nouville et du quai des pêcheurs, un thonier est en train de couler. À 16h30, le vent s'est orienté à l'Ouest. Les rafales auraient atteint selon Météo France 170 km/h. Le quai devant Doniambo est submergé, tout comme la double voie.

Niran Nouméa 6
©Laura Schintu / Nc la 1ere

Arbres foudroyés

À la place des cocotiers, des arbres certainement centenaires ont été foudroyés par une rafale. À deux pas du lycée Lapérouse, c'est le toit de l'immeuble Portalis, qui est allé s'écraser sur son voisin, à la fragile façade en verre. 

Niran Nouméa 3
©Claude Lindor / Nc la 1ere

À 17h30, Niran redouble de puissance et ce sont les plaisanciers qui se retrouvent en péril. Deux voiliers sont impitoyablement drossés sur les rochers, en baie-de-l'orphelinat. Pour ceux restés au carénage, l'issue n'est pas différente.

Déchaînement

Niran Nouméa 4
©Claude Lindor / Nc la 1ere

Sur les baies, complètement ouvertes au vent et à la houle, l'effet dévastateur de Niran s'est déchaîné. Les commerces et leurs couvertures en toile tendues ont souffert. Avec ses branches et arbres en travers de la route, la promenade de l'Anse-Vata, n'a plus rien de bucolique.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live