Une saison exceptionelle

sportncla1ère
Clara Cwajgenbaum et l'un de ses entraîneurs, Serge Lesne.
Clara Cwajgenbaum et l'un de ses entraîneurs, Serge Lesne. ©M.C
Clara Cwajgenbaum avait début l'année 2018 en étant classée 5/6. Elle la termine comme la meilleure joueuse française de sa catégorie des 13 ans, en compagnie d'une autre joueuse du territoire, Emma Jouy. Retour sur douze mois riches en enseignements.

Une belle ascension


Sur les courts du TC Receiving, club où elle est toujours licenciée, elle enchaîne coups droits et revers face à l'un de ses entraîneurs, Serge Lesne (l'autre étant Frédéric Stotz). Clara Cwajgenbaum prépare un tournoi adulte début janvier en Australie, puis un autre rendez-vous en Nouvelle-Zélande, une compétition internationale junior (ITF) de grade 4. Si 2018 se termine, il faut déjà se préparer à la prochaine saison. D'autant que les douze derniers mois l'ont vu prendre une autre dimension. Classée 5/6 en janvier, elle a été surclassée 1/6 par la fédération française de tennis.
 

"La FFT a pris en compte mes victoires contre des adversaires ayant un classement ITF, et les a assimilé au classement français. Je me suis retrouvé du bas, au haut de tableau dans ma catégorie d'âge".

 
Clara Cwajgenbaum, titrée à l'ITF du Vanuatu.
Clara Cwajgenbaum, titrée à l'ITF du Vanuatu. ©Ligue calédonienne de tennis.
 

Allers-retours payants


Tout au long de l'année, elle a alterné les entraînements sur le Caillou, et les déplacements en métropole, accompagnée de ses parents, pour des compétitions relevées. C'est ainsi qu'elle a participé à des ITF à Clermont-Ferrand, Dijon, et à l'académie réputée Mouratoglou. "J'ai perdu à chaque fois au premier tour, mais cela m'a permis de me mesurer aux meilleures européennes, et de voir les points à améliorer". Lesquels ? En priorité, l'agressivité.
 

"Avoir un meilleur service, et essayer de trouver les bonnes zones pour placer mes balles, aller de l'avant. Je n'ai pas un gros gabarit, donc je ne peux pas rester en fond de court pour taper des balles de toutes mes forces. Je dois jouer à la volée, au smash, tentée des volées liftées, ect...". 


Une joueuse consciente du chemin à parcourir pour atteindre son objectif de devenir professionnelle et n'avoir aucun regret. Elle se dit d'ores et déjà "contente" d'une progression qui l'a porté vers un premier titre en ITF au Vanuatu.