Sécurité routière : la police nationale s'équipe de radars plus performants

sécurité
La police nationale se dote de radars plus performants que les précédents, pour lutter contre la délinquance routière en Calédonie. ©Anne-Claire Lévêque / NC la 1ère
Ce jeudi, une opération de contrôle routier a permis de présenter cet outil de dernière génération. Si la politique globale de prévention routière est en construction, voilà un atout supplémentaire pour améliorer le volet répression.

Posté sur le pont de Ko Wé Kara à la sortie de Nouméa, le brigadier de la police nationale vient de prévenir ses collègues à moto. Un binôme s’élance pour intercepter le contrevenant, repéré grâce à un tout nouveau radar. Un équipement de dernière génération qui améliore les contrôles. "Une portée maximale de 640 mètres. Vitesse maximum pour flasher : 300 km/h. L'appareil est très compact et pèse 400 gr, il y a quelques années, ça pesait 1 kg" détaille le Major Alexandre N’Go.

L’appareil ne manque en effet pas d’atouts; il est aussi équipé d'une lentille polarisante, qui permet d'atténuer les reflets sur le pare-brise, "ce qui nous permet éventuellement de repérer un conducteur au téléphone et s'il n'a pas la ceinture de sécurité"

Prévention et répression

Bilan de l’opération : 8 excès de vitesse, 1 non-port de la ceinture de sécurité, une suspension de permis pour excès de plus de 40 km/h et un défaut d’assurance suivi du placement du véhicule à la fourrière. Pour une année complète, les opérations de contrôles à l’échelle du territoire permettent de constater et de verbaliser plusieurs type d’infractions.

A l'échelle annuelle, ça ramène à peu près 9000 excès de vitesse, 550 suspensions de permis de conduire, un chiffre équivalent pour les conduites sous l'état d'un empire alcoolique... et 1200 non-port de ceinture de sécurité.

Julien Pailhère, directeur de cabinet du haut-commissaire

Au-delà du volet répression, l’ambition est bien de contribuer à la mise en œuvre plus globale d’une politique de lutte contre la délinquance routière, au côté du gouvernement en charge de la prévention et avec des chiffres de mortalité routière 4 fois plus élevés que ceux de la métropole.... et un début d’année au bilan déjà dramatique, il y a urgence en la matière.