Sensibiliser dès le plus jeune âge aux problèmes d'audition

santé
APS
L'association pour la Surdité en visite à l'aquarium des lagons en septembre dernier. ©Natacha Cognard
Focus sur les actions de l’Association pour la surdité en Nouvelle-Calédonie, à l’occasion de la 23e journée mondiale de l'audition. En France, cinq millions de personnes sont concernées par ces problèmes mais sur le territoire, les pathologies sont moins conséquentes.
Travaux en tous genres, musique à haut volume... le bruit à répétition serait toxique à long terme pour notre audition. Ce sont surtout les personnels des secteurs de la mine, du BTP, de la chaudronnerie ou issus des métiers liés à la musique, qui sont le plus susceptibles de perdre une partie de leur capital auditif. L'Association pour la surdité en Nouvelle-Calédonie sensibilise aux risques de perte d'audition dès le plus jeune âge, assure Lauriane Lombard, coordinatrice de l'APS. 
 

Pour les enfants, on se déplace dans les classes avec une maquette d'oreille de grande taille, avec laquelle on leur explique qu'à l'intérieur, il y a des cellules ciliées de la cochlée. Lorsqu'elles sont atteintes par un bruit beaucoup trop fort, elles se brisent. Par exemple, s'ils écoutent de la musique à trop haut volume ou qu'ils sont exposés à un bruit trop fort, ils abîment ces petites cellules-là. À force, ils peuvent devenir sourds. 
- Lauriane Lombard, coordinatrice de l'APS


Retrouvez les vidéos réalisées par les professionnels de l'association sur leur page youtube.
 

Seniors touchés


Une prévention qui fait ses preuves, explique de son côté le Dr Antoine Louybert, médecin ORL sur le Caillou. Au fil des années, les pathologies chroniques de l'oreille disparaissent des pays industrialisés, c'est le cas sur le territoire. En majeure partie, seuls les seniors sont touchés avec une altération de l'audition liée à l'âge : la presbyacousie. 
 

Acouphènes


Pour les jeunes, la question serait quant à elle liée à l'écoute abusive et amplifiée de la musique, précise le Dr Antoine Louybert. « À l'heure actuelle, il n'y a aucune étude qui a pu démontrer les effets nocifs de l'écoute de musique forte, néanmoins intuitivement, on peut penser que si l'on écoute des bruits de façon prolongée et répétée avec des casques, sur le long terme, ça générera des lésions de l'oreille avec des baisses d'audition qui apparaîtront quelques années plus tard, avec de possibles acouphènes ». 

En revanche le spécialiste l'assure : il est normal d'entendre des acouphènes après un concert ou une soirée endiablée. S'ils deviennent permanents et prolongés avec une baisse de l'audition, il est conseillé de consulter un spécialiste. 

Le reportage radio de Jeannette Peteisi : 

Journée audition reportage

Les Outre-mer en continu
Accéder au live