Service civique en tribu, une première en Nouvelle-Calédonie

éducation
Service civique Saint Louis
Signature des contrats de service civique. ©Brigitte Whaap / Nc la 1ere
Âgées de 16 à 26 ans, elles sont 7 jeunes filles volontaires à démarrer un service civique à la tribu de Saint-Louis pour une durée de 9 mois. Une première en Nouvelle-Calédonie.

C’est une première sur le territoire. Des jeunes vont effectuer un service civique en tribu. Âgées de 16 à 26 ans, elles sont 7 jeunes filles à signer un contrat avec la FOL pour 24 heures par semaine, et cela, pendant 9 mois. Elles ont toutes été volontaires. 

Les jeunes filles auront des missions bien précises à effectuer dans la tribu explique Gladys Mendez, directrice de la FOL. "Il y a des missions qui sont liées à l’environnement, tout ce qui est autour de l’eau, la nature. Tout ce qui est prévention, développement durable. Et puis aussi des missions qui sont plus sur l’accompagnement des personnes. Alors là, ils sont en train de voir, pour créer un espace d’aide aux devoirs. D’accompagner la jeunesse sur des actes, des fois pour faire un cv, une écriture, une lettre de motivation."

L’idée étant également pour le dispositif, de répondre à des besoins que pourrait exprimer la population de Saint-Louis et dans lesquelles le dispositif pourrait intervenir. 

Un partenariat bien accueilli par la tribu 

Ce partenariat entre la fédération des œuvres laïques qui porte le service civique et l’Etat qui la finance permet ainsi aujourd’hui de compter sur un troisième acteur qui est la tribu de Saint-Louis représenté par son conseil de clan de la tribu. Wilfried Nemoadjou président du conseil de clan exprime son enthousiasme. "Depuis le temps qu’on cherche quelque chose de qui rapproche le conseil vers les jeunes. Ce projet est idéal, j’espère que ça va marcher aussi."

Cette opération est née de la volonté du membre du gouvernement en charge de la jeunesse Mickael Forest qui décrit ce dispositif comme un outil mis à disposition par l’Etat et qu’il appartient aux institutions calédoniennes de pérenniser. "Il nous appartient désormais dans le cadre notamment de la fin de l’accord de Nouméa, de pouvoir regarder comment on peut bonifier notre accord d’accompagnement de soutien à travers notre jeunesse notamment dans le secteur tribal, mais aussi dans les villages et dans la ville pour encore une fois accompagner et soutenir notre jeunesse."

La maison commune de la tribu de Saint-Louis sera mise à la disposition des volontaires. Les jeunes eux, seront suivis par deux référents dont un membre du conseil des clans. 5 autres jeunes services civiques rejoindront les 7 déjà en activités. Une façon pour ces jeunes calédoniens de s’impliquer et de participer à l’amélioration de la vie quotidienne des habitants de la tribu. 

©nouvellecaledonie