nouvelle calédonie
info locale

Les signes de soutien envers Anthony se multiplient

solidarité
Soldiarité envers Anthony, Brocantia
Au vide-greniers géant du parc Fayard, le 2 juin 2019. ©Jeannette Peteisi/NCla1ere
Un vide-grenier géant animait le parc Fayard de Dumbéa, ce dimanche, et l'un des stands était dédié au petit garçon victime d’un requin bouledogue le 25 mai. Une action de solidarité parmi bien d'autres. 
Le parc Fayard de Dumbéa accueillait ce dimanche le vide-greniers Brocantia : 250 stands, quelques milliers de visiteurs et une opération de solidarité pour aider la famille du petit Anthony. Il y a huit jours que cet enfant de dix ans a été attaqué par un requin bouledogue dans une marina de Nouméa.
 

Evasané en Australie

Le garçon, qui a perdu une jambe et une partie du bassin, a passé plusieurs jours au médipôle de Koutio avant d’être évasané vers l’Australie. Il est désormais pris en charge par un hôpital pour enfants de Sydney. C'est ce que relate la page Soutien à notre petit Anthony tenue sur Facebook par plusieurs membres de sa famille.
 

Cagnotte

Pendant ce temps, en Calédonie, la solidarité n’en finit pas de s’exprimer. La cagnotte ouverte sur un site internet spécialisé  affichait plus de six millions CFP ce dimanche à 16 heures, collectés auprès d'un millier de donateurs. La somme «aidera à financer toutes les chirurgies réparatrices, les reconstructions, les prothèses…, a expliqué la famille, ainsi que le réaménagement total de la maison et bien sûr tous les déplacements hors territoire dont il aura besoin».
 
Vide-greniers Brocantia du parc Fayard, 2 juin 2019
Au vide-greniers Brocantia du parc Fayard. ©Jeannette Peteisi/NCla1ere
 

Des actions et des urnes

En parallèle, les actions destinées elles aussi à soutenir financièrement le petit garçon se sont multipliées. A l’initiative de son école, de professionnels, d’associations ou de particuliers. Jeudi, une matinée de mobilisation était organisée au jardin d’enfants de Bourail, avant une soirée de levée de fonds à Nouméa au club-house de la marina Port-du-Sud.
 

«Une petite contribution, mais...»

Et des urnes ont essaimé dans des endroits très divers : station-service, restaurant, magasin de pêche, librairie, boulangerie, marché ou concessionnaire automobile. Au vide-greniers du parc Fayard, Jeannette Peteisi a interrogé les visiteurs qui glissaient leur obole dans l'une d'elles.
Publicité