Six mois après la fin des restrictions de vente d’alcool en province Sud, les commerces sont-ils aux normes ?

consommation
Alcool
©NCla1ère
Les grandes surfaces et autres épiceries avaient un an pour se mettre en conformité avec la nouvelle réglementation. A six mois de l’échéance, ils sont peu nombreux à avoir franchi le cap.
Il y a tout juste six mois la province Sud mettait en place une nouvelle réglementation concernant la vente d’alcool. Terminées les restrictions de vente des mercredis, samedis et dimanche après-midi. En contrepartie les grandes surfaces et épiceries doivent d’ici juin prochain créer des espaces de vente dédiés.
 

Une lente adaptation 

Patricia dirige un magasin flambant neuf, en conformité avec la réglementation adoptée par la province Sud. Dans son enseigne, un « bottle-shop » est en place, un coin séparé, réservé à l’alcool, avec une caisse dédiée. 
Une scène encore rare, voire inédite sur le territoire, alors qu’il reste tout juste six mois aux commerces pour se mettre en conformité.

La plupart des chaînes de la grande distribution assurent avoir déjà entamé l’adaptation de leurs magasins. Un processus qui prendrait du temps et qui aurait, selon certains, été retardé par la crise du Covid, l’importation du matériel nécessaire à la mise en place de ces espaces ayant été retardée.
Alcool supermarché
©NCla1ère
 

Les cavistes inquiets

Du côté des cavistes, les professionnels assurent pâtir de la concurrence des grandes surfaces. Baisse du chiffre d’affaire annoncée : - 20 à -30 % pour toute la profession. Une situation d’autant plus mal vécue que la concurrence est jugée disproportionnée.
« Nous, on a des équilibres qui sont beaucoup plus fragiles puisqu’on ne vend que ces produits là. On n’a pas toute la gamme de produits alimentaires, boissons, produits d’hygiène etc. qu’ont les grandes surfaces » explique Pierre Gayraud, gérant d’une cave à vin. « Et donc pour eux, c’est un point minime dans leur activité commerciale tandis que nous, c’est notre coeur d’activité ». 
Les cavistes assurent avoir alerté les institutions sur leur situation. Ils espèrent l’adaptation de certaines réglementations, comme l’autorisation des opérations promotionnelles en magasin, afin de redynamiser leur profession.
Pierre Gayraud au micro de Charlotte Mannevy 

Alcool itw Gayraud