publicité

Tallis Obed Moses élu président du Vanuatu

Depuis jeudi 6 juillet, la République du Vanuatu est dotée d'un nouveau président. Tallis Obed Moses, pasteur presbytérien originaire d'Ambrym, et âgé de 63 ans, succède à Baldwin Lonsdale, décédé le 17 juin.

Tallis Obed Moses et son épouse lors de l'investiture. © Loïc Teilemb
© Loïc Teilemb Tallis Obed Moses et son épouse lors de l'investiture.
  • Valérie Jauneau, AFP et Françoise Tromeur
  • Publié le
[MISE A JOUR]

Lui aussi est un homme d’église. Tallis Obed Moses, pasteur presbytérien originaire de l’île d’Ambrym, a été élu nouveau président de la République du Vanuatu. Ce jeudi 6 juillet, cet homme de 63 ans a été choisi au quatrième tour par un collège électoral composé de 52 députés et des présidents des six provinces. Sa candidature a obtenu 39 voix, contre 17 pour l’ancien Premier ministre Maxime Carlos Korman. 

Soutenu par Malampa et Sanma

Tallis Obed Moses, réputé pour ses qualités morales, a notamment reçu les suffrages des parlementaires de Malampa, la province à laquelle appartient Ambrym. Mais il a aussi eu le soutien des députés de la province de Sanma, la région de Santo, et de son président.
Investiture du président de la République du Vanuatu, par Hilaire Bule

Fonction cérémonielle

Dans ce régime parlementaire, pas de suffrage universel. Mais des grands électeurs qui désignent le président dans la grande bâtisse de bois qu’est le Parlement, à Port-Vila. Un président élu pour cinq ans, dont la fonction est essentiellement cérémonielle. Son rôle : symboliser l’unité de la Nation dans cette république indépendante. Le président nomme et démet les magistrats. Il dispose du droit de grâce.

Baldwin Lonsdale, huitième président du Vanuatu, décédé le 17 juin. © AFP
© AFP Baldwin Lonsdale, huitième président du Vanuatu, décédé le 17 juin.

Après la mort de Baldwin Lonsdale

Tallis Obed Moses succède à Baldwin Jacobson Lonsdale. Le 17 juin, ce natif des Banks succombait à une crise cardiaque à l'âge de 67 ans. Il avait conduit son pays à travers une crise politique majeure. La moitié de son gouvernement avait été accusée de corruption. Depuis sa disparition, et jusqu’à cette élection, c’est Esmon Saimon, de Malekula, qui effectuait l’intérim de la fonction.
 
1 499 318 427

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play