Théâtre : Pierre Gope et la compagnie Cebue, 30 ans déjà

théâtre
pièce de théâtre pierre gope
A l'occasion des 30 ans de la compagnie Cebue, des extraits de pièce de théâtre ont été joués dans les jardins du Centre culturel Tjibaou ©Natacha Lassauce-Cognard / NC la 1ère
30 ans déjà que la compagnie de théâtre de Pierre Gope a été créée. Ce dimanche, au centre culturel Tjibaou c'était l'occasion pour l'auteur-metteur en scène de présenter des extraits de ses pièces.

Des pièces de théâtre jouées en plein air pour le plus grand plaisir du public : Pierre Gope a su marquer l'anniversaire de sa compagnie. Le dramaturge calédonien a écrit pas moins de 37 pièces au cours de sa carrière. Pour les 30 ans de sa compagnie, Cebue, qui signifie "mémoire" en Nengone, l'auteur-metteur en scène a choisi les jardins du Centre Culturel Tjibaou.

Le reportage de Natacha Lassauce-Cognard et Laura Schintu.

©nouvellecaledonie

Retrouvailles

Pour l’occasion les acteurs d’aujourd’hui et ceux d’hier ont compté une déambulation dans les jardins du centre, où ils ont présenté des extraits de pièces majeures du dramaturge de Maré, à commencer par la version originale de Où est le droit ?, une de ses pièces les plus marquantes.

"Marie-Rose, qui était dans la pièce Où est le droit en 1994, va rejouer Corilen, comme elle le jouait il y a 28 ans avec Fernand, qui était Cango... ce sera un petit moment hyper émouvant du parcours" nous confie Dominique Wittorski, metteur en scène et ami de Pierre Gope.

Il est au micro de Charlotte Mannevy.

Interview de Dominique Witorski

Ce jeudi soir, toujours au Centre Culturel Tjibaou, Pierre Gope a joué son spectacle Amour tabou pour la première fois en public. Un spectacle très engagé, qui dénonce les imperfections de la société calédonienne, la violence par exemple, les mariages forcés, mais aussi la corruption en politique.

Après 30 ans de carrière, Pierre Gope, l’enfant de la tribu de Pénélo, continue à écrire
En septembre, il présentera sa nouvelle pièce L’espoir a des ailes qui traitera notamment de la crise sanitaire et du référendum d’autodétermination de 2021.