Tonga sous la menace de Tino, cyclone de catégorie 3

cyclones wallis
Vue satellite de Tino samedi 18 janvier à 14h30 heure de Tonga.
Vue satellite de Tino samedi après-midi. ©Tonga meteorological service
Le cyclone Tino s'est renforcé et a été requalifié en phénomène de catégorie 3 alors qu'il se dirigeait vers les îles Tonga, après avoir fait deux disparus aux Fidji. A Wallis et Futuna, l'alerte 1 sera levée dimanche matin.
Tout le royaume de Tonga en alerte, ce samedi. Tino, renforcé et requalifié en cyclone de catégorie trois, était attendu dans la soirée. Les prévisions de trajectoire laissaient même penser qu’il pourrait passer sur l’île principale de Tongatapu et sur la capitale Nuku’alofa. 
 

Vents renforcés

Les services météorologiques de Fidji ont annoncé que les vents s'étaient renforcés à 180 km/h et devraient durement toucher le nord de Tonga. «La mer est très grosse et je suis sûr que des plages sont balayées dans les zones les plus exposées et les îles les plus éloignées», a déclaré à l'AFP Tupoutu'a Tonutonu, un habitant de Vava'u. «Il pleut à verse depuis trois jours, le sol est gorgé d'eau et il y aurait des arbres à terre dans le village.»
 

Le spectre de Gita

Or, Tonga et sa capitale se souviennent encore du passage, en février 2018, du cyclone Gita, un monstre de catégorie 5 qui a dévasté plusieurs îles dont Tongatapu. Afin de permettre à la population de s’abriter, plus de quarante centres d’évacuation ont été ouverts à travers le pays. 

Deux Fidjiens toujours portés disparus

A Fidji, la police indiquait samedi continuer ses recherches pour retrouver un père et sa fille. Deux habitants portés disparus après avoir tenté de traverser jeudi soir une rivière en crue. Des pluies diluviennes s'abattaient alors, avant l'arrivée de Tino qui était classé en catégorie deux. Selon le Bureau des services d'urgence, 3 115 personnes ont été hébergées dans des abris au plus fort du phénomène.
 

Dommages moindres

La plupart ont pu ensuite retourner chez eux et les dommages ont été moindres que redoutés. A noter que l'île de Taveuni, où vivent quelque 19 000 personnes, a été privée d'électricité. Les vents ont dépassé par endroits les 155 km/h samedi. Un mois après le passage du cyclone Sarai, qui a fait deux morts.
 

Dégâts aux Tuvalu

Dans la région, des alertes au vent fort ont été émis pour Niue, tandis que les autorités de Samoa ont mis en garde contre les risques de glissements de terrain et d’inondation. Auparavant, c'est Tuvalu qui a fait les frais des conditions météo induite par le phénomène. Les vents violents et les vagues géantes ont causé d’importants dégâts à travers le pays. Des centaines d’habitant ont été évacuées. 
 

Wallis et Futuna toujours en alerte 1

Quant à Wallis et Futuna, le territoire reste placé en alerte 1 jusqu'à dimanche, 8 heures (7 heures horaire de Calédonie). «Suite aux intempéries de la nuit dernière, heureusement aucun blessé n’est à déplorer et les dégâts matériels restent légers, tant à Wallis qu’à Futuna», a estimé la préfecture. A déplorer, des axes encombrés, des coupures d'eau et d'électricité. 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live