Un médecin de réanimation : « La bataille n’est pas finie »

coronavirus
dépistage coronavirus
©Laura Schintu
Les médecins du CHT s'inquiètent de la baisse du dépistage du Covid-19. Ils incitent les calédoniens à venir au centre de prélèvements en cas de symptômes.  

Le Docteur Mathieu Série, médecin réanimateur attaché au service réanimation du CHT-Médipôle, répond à nos questions : 
 

Pourquoi faut-il se faire dépister ?

Dr Mathieu Série :
On encourage les gens qui ont une symptomatologie ORL : un rhume, de la toux, et de la fièvre à venir au centre de dépistage afin de détecter la circulation virale dans la population. Nous avons constaté une baisse du dépistage et vraiment, j’insiste, nous encourageons les calédoniens à venir au CHT via leurs médecins traitants ou le 15 pour une prise de rendez-vous.
 

Comment se déroule le test de dépistage ?  

Dr M.S : Le prélèvement est indolore et rapide, il ne dure que quelques secondes. C’est un petit coton-tige que l’on met dans le nez après avoir vu un médecin. Venir au centre de prélèvement ne veut pas dire que  l’on va être hospitalisé et confiné je tiens à le préciser.

Reportage Caroline Antic-Martin, Laura Schintu et Gaël Detcheverry :
©nouvellecaledonie
 

Les personnes qui ont d’autres pathologies désertent les cabinets médicaux, quelles sont les conséquences ?

Dr M.S. Il faut absolument que les patients qui ont une maladie hors Covid-19 continuent d’être pris en charge par leurs médecins traitants, et continent de prendre leurs médicaments. Ce que l’on redoute c’est une certaine peur de consulter les médecins généralistes ou de venir dans les hôpitaux quand cela est nécessaire.  
 

Sur quels critères un malade est considéré comme guéri ?

Dr M.S. Le patient ne doit plus présenter de symptômes. Ensuite plusieurs prélèvements sont réalisés à différents moments pour s’assurer qu’il  ne soit plus excréteur du virus. Si c’est le cas on va l’autoriser à sortir et lui recommander des mesures de confinement.  

L'intégralité de l'interview réalisée par Caroline Antic-Martin et Gaël Detcheverry :
©nouvellecaledonie