Un professeur de l’UNC élu meilleur chercheur européen

université
silvere bonnabel prix UNC automatique
©NC la 1ere
Silvère Bonnabel, enseignant à l’Université de la Nouvelle-Calédonie, vient de recevoir le prix du meilleur chercheur européen en automatique. Une récompense prestigieuse pour celui qui s’était déjà illustré l’an dernier en recevant le prix de la meilleure publication dans sa spécialité.

Il a été désigné meilleur chercheur européen de moins de 40 ans dans le domaine de l’automatique.

Silvère Bonnabel, enseignant à l’UNC, a décroché le « European Control Award pour ses travaux sur la navigation autonome des avions au travers de l’amélioration d’un algorithme dénommé « filtre de Kalman ».

« C’est une méthode qui a été inventée à Stanford [université américaine] et développée conjointement avec la Nasa dans les années soixante, explique Silvère Bonnabel. Elle a joué un rôle important dans la conquête spatiale en permettant à partir de différentes données mêmes incomplètes de reconstituer au mieux la trajectoire d’une fusée et savoir où elle se trouve. »

Reconnaissance internationale

Avec ce prix qui consacre sa contribution au développement de la navigation aérienne, l’universitaire, qui exerce son métier depuis deux ans sur le Caillou, devient donc un chercheur de classe mondial. Une fierté pour ses étudiants en 2ème année de licence de mathématique, comme Thomas Clerte Barthelemy, 19 ans : « Avoir un de nos professeurs qui gagne un prix aussi prestigieux, c’est quelque-chose qui pourrait valoriser l’université. »

Pour la présidente de l’UNC, Catherine Ris, cette récompense est la preuve que « la recherche est universelle et que bien que l’on soit tout petit, isolé, éloigné, on est capable à la fois d’attirer les grands talents mais aussi de travailler en partenariat avec d’autres universités. »

Déjà approché par des multinationales d’aéronautique et de défense, le professeur envisage désormais de développer des produits qui intégreraient ses inventions, comme par exemple des systèmes automatisés de surveillance du lagon.

 

Le reportage de Loreleï Aubry et Cédric Michaut :