Une mobilisation contre la 5G en Nouvelle-Calédonie

internet
Mobilisation anti 5G
©NCla1ère
Journée de mobilisation mondiale samedi contre le déploiement de la 5G. 5G pour 5e génération du réseau internet mobile. Ils étaient une soixantaine réunis devant le gouvernement et la province Sud à l’appel d’EPLP et du collectif « NC sans 5G ».
« Non à la 5G », « la 5G, je n’en ai pas besoin, et vous ? » pouvait-on lire sur les pancartes installées ce samedi devant le gouvernement et la province Sud. Car au-delà des interrogations sur la santé, c’est la question du modèle de société souhaité par les Calédoniens qui est posée par  les opposants au déploiement de réseau sur le territoire. 
 

Que la population soit consultée

« La 5G va modifier considérablement la manière dont va fonctionner la société avec des objets connectés, avec une vitesse d’internet mobile très rapide » explique Sylvain Bleye, du collectif NC sans 5G. « Et vus les dangers qu’il y a sur la santé et vu ce changement de paradigme, on pense que c’est une évidence que la population soit consultée et puisse donner son avis…. est-ce qu’elle veut d’un monde avec la 5G ou pas ? »
Mobilisation anti 5G
©NCla1ère
 

« Pas raisonnable » 

Pour les associations et sympathisants réunis ce samedi, la réponse est bien évidemment non. Car si la 5G permettra de se connecter à de plus en plus d’objets, il faudra en plus pour cela, renouveler son matériel. Pas vraiment écologique, dénonce Martine Cornaille, présidente d’Ensemble pour la planète :
« Il y a dans un smartphone environ soixante-dix matières constitutives différentes, parmi lesquelles cinquante métaux. Derrière la production de ces métaux, il y a des mines, il y a parfois du travail des enfants, il y a de la pollution, de la consommation d’eau et d’énergie… Nous disons qu’à l’heure où il faut ralentir, ce n’est absolument pas raisonnable de se lancer dans ce toujours plus ». 
Les associations demandent donc un moratoire sur le déploiement de la 5G sur le territoire. Une pétition a été mise en ligne.
Mobilisation anti 5G Martine Cornaille
©NCla1ère
 

Pas d’inquiétudes selon l’OPT

Pour l’OPT, il n’y a pas d’inquiétudes à avoir : la 5G, ce n’est pas pour demain selon Auxence Fafin, le directeur général adjoint au numérique de l’Office.
« La priorité pour l’OPT, elle est bien le déploiement de la 4G et de la 3G sur l’ensemble du territoire, la réduction des zones blanches et la densification du réseau. Concernant la 5G, il y a beaucoup d’inquiétudes, notamment l’utilisation de certaines fréquences, et l’OPT n’a pas prévu d’utiliser les fréquences qui sont aujourd’hui très polémiques. La stratégie est d’éteindre la 2G, limiter le nombre d’ondes que l’on va émettre et d’apporter une nouvelle technologie qui permettra tous les services du futur et de demain ».   
Le reportage de Natacha Lassauce-Cognard et Carawiane Carawiane 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live