Une reprise en douceur dans les commerces

commerce
Commerces
©Medriko Peteisi

Un démarrage plutôt timide ce matin pour les commerces de biens du centre-ville. Si beaucoup ont joué le jeu de rouvrir, ce n’était pas forcément la ruée côté clientèle. Une reprise qui fait tout de même plaisir à tous.

Essayage de chaussures dans cette boutique, et si tout semble comme avant, clientes et vendeuses sont désormais masquées avec distanciation respectée. Au-delà des gestes barrières, la réouverture des commerces de biens non essentiels a de quoi redonner le sourire. Avec un sentiment de liberté. « Ça fait du bien parce qu'on est resté trois semaines confiné à la maison, sans faire les boutiques », explique cette cliente. « C'est agréable et je profite d'un petit moment pour me faire plaisir », ajoute une autre. 

Le reportage de Medriko Peteisi :

Premier jour de reprise pour les commerces

Des clients encore peu nombreux

Dans cette boutique de prêt-à-porter, pas plus de dix personnes autorisées, gel et masques sont obligatoires. Tout a été préparé tôt ce lundi matin, même si Sandrine la responsable est persuadée que ce ne sera pas la ruée. « On sait que les gens ont peur. Le patron voulait ouvrir pour les quelques clients qui allaient venir en boutique. Moi je suis arrivée très tôt ce matin pour mettre en place les produits, les marquages au sol. »

Commerces ouverts
©Caroline Antic-Martin

Une augmentation progressive

De son côté, Frédéric Pratelli fait la tournée des commerces. Il y en a 400 rien qu’au centre-ville de Nouméa. « Ce n'est pas le rush ce matin, mais on savait que ça allait se passer crescendo. La clientèle suivra au fur et à mesure. De toute façon on est encore en période de confinement, donc on imaginait pas ce matin que ça soit la ruée. »

Les réactions des clients recueillies par Caroline Antic-Martin et Gaël Detcheverry :

Des soldes prolongés

Les commerçants comptent sur la journée de demain pour un vrai démarrage. A savoir que les soldes sont prolongés, les dates n’ont pas encore été fixées.

Le reportage de Caroline Antic-Martin et Gaël Detcheverry :