Une semaine de confinement, deuxième décès, couvre-feu à 21 heures, dispositifs qui s'adaptent : l’actu à la 1 du mardi 14 septembre 2021 

l'actu du matin
Actu 1 14 septembre
©NC la 1ere
L’essentiel de l’actualité en Calédonie ce matin : déjà sept jours de reconfinement, un deuxième décès lié à la pandémie, couvre-feu cette nuit de 21 heures à 5 heures, la façon dont les commerces qui restent ouverts ont dû s'adapter aux nouvelles consignes, ou le sas sanitaire ajusté lui aussi.

La Calédonie confinée depuis une semaine

Mardi dernier, à midi, la Nouvelle-Calédonie entrait dans son troisième confinement strict et généralisé. Ça fait donc pile une semaine que l’on a retrouvé les devoirs à la maison, les attestations et les contrôles, ou l’arrêt d’une partie des transports en commun. Le prochain point au gouvernement, lui, est prévu à 10 heures.

Couvre-feu généralisé de 21 heures à 5 heures

Une nouvelle mesure s’ajoute aujourd’hui : à partir de ce soir, déplacements interdits entre 21 heures et 5 heures. Sauf pour les travailleurs de nuit, autorisés à circuler avec attestation de l’employeur. L’an dernier, seule Dumbéa avait instauré une telle restriction, lors du premier confinement. Les contrevenants risquent une amende de 15 000 F. Puis 179 000 francs en cas de récidive et jusqu’à 447 000 francs pour un troisième écart. Ce couvre-feu doit durer au moins quinze jours.


Les sanctions seront appliqués sans hésitation, prévient le haut-commissaire. Sur la première semaine de confinement, 24 000 rondes et contrôles ont déjà été effectués, 1 308 infractions constatées et 1 123 verbalisations dressées dont 67 % pour défaut d’attestation. 

Décès d’une personne âgée souffrant de comorbidités

But de cette nouvelle mesure : limiter la propagation du virus. Dans la nuit de lundi à mardi, une deuxième personne a succombé en lien avec l’épidémie, à nouveau une personne âgée souffrant de plusieurs comorbidités. Hier matin, le gouvernement dénombrait sept patients en réanimation. Et dans la soirée, le chiffre transmis faisait état de 1 036 cas confirmés. La plupart sont désormais détectés par test antigéniques, les tests PCR sont réservés aux situations particulières.

Premiers cas à l’île des Pins, Boulouparis, Canala

Parmi les nouveaux cas recensés, celui détecté à Boulouparis hier, et transféré au Médipôle. Et celui repéré à l’île des Pins, que le maire confirmait ce matin. Selon nos informations, la personne concernée et deux personnes contact ont été prises en charge hier soir au dispensaire de Vao. Ils sont placés en isolement.

A Canala, le premier cas de la commune a été repéré dimanche, là aussi au CMS, et annoncé hier par le maire. Cet habitant s'est isolé chez lui car son habitation le permettait, précise Gilbert Tyuienon.

Cinq agences OPT fermées

Le virus affecte le fonctionnement des entreprises et des services. Après la SLN et Prony Resources, c’est au tour de l’OPT d’y être confronté. L’Office a fermé hier cinq de ses agences après détection de cas : celles de Boulari au Mont-Dore, Koné, Pouembout, Poya et Poindimié. 

Les magasins limités 

Les commerces aussi ont dû s’adapter. Encore, et dans l’urgence, après l’annonce faite dimanche après-midi des nouvelles restrictions dans la vente. Les grandes surfaces ont fermé les rayons bazar, textiles, électroménager. Les petits commerces, eux, ont soit baissé le rideau, soit mis en place un service de retrait de commandes à l’entrée de leur boutique.

Une réunion a eu lieu hier entre le syndicat des commerçants, les stations-service et les grandes surfaces pour faire le point sur les difficultés rencontrées. 

Un nouveau rôle pour les hôtels

Le sas sanitaire en train d’être ajusté. C’est le dispositif qui encadre l’arrivée des voyageurs dans le pays. Les places en hôtel réquisitionné ont commencé à se libérer pour laisser la place à des patients Covid +. Il s’agit de préparer le pic de contamination sans engorger le Médipôle.  

Arrivée d'une mission d'exploration

Autres éléments appris ou confirmés hier : l’arrivée dimanche de 200 000 tests antigéniques et au moins autant de tests salivaires, pour accroître l’efficacité de la campagne de dépistage. Campagne à laquelle les médecins libéraux vont pouvoir contribuer à partir de demain, signale le haussaire. Aujourd’hui, arrivée d’une mission exploratoire d’assistance, avec des médecins et des logisticiens.

Leur mission : accompagner la DASS dans la modélisation de ce que pourrait être la crise et évaluer le besoin de soutien qui pourrait être demandé à la réserve sanitaire nationale. C’est dans un troisième temps que celle-ci pourrait être appelée à l’aide.

Vaccination à tour de bras

Selon les services sanitaires, la barre des 100 000 primo-vaccinés est franchie. Pour garder le rythme, les pouvoirs publics multiplient les sites : à Poya, Koumac, Hienghène et Houaïlou, les vaccinodromes restent en place toute la semaine, samedi inclus, de 8 heures à 16 heures. Vaccinodromes également à Nouméa (à l’hôtel de ville et à Ko We Kara toute la semaine) et demain, à La Foa. Ces sites administrent désormais des doses de rappel, la fameuse "troisième dose", pour les soignants et les + de 65 ans.

Ces étudiants toujours sur le campus 

Parmi les petites communautés qui s’organisent comme elles peuvent, les quelque 70 étudiants confinés sur le campus de Nouville, contre 600 en temps normal. Ceux qui restent n’ont pas toujours eu le choix, quand leur famille est loin. Quelques-uns ont aussi choisi de se préserver afin de réussir leurs examens. Les équipes pédagogiques, elles, restent mobilisées et quatre psychologues sont à l’écoute des étudiants pour les aider à traverser cette nouvelle période d’isolement.

L'invité de la matinale 

Comment se passe la continuité pédagogique pour les environ 65 000 élèves du primaire et du secondaire ? Peu après 7 heures, le vice-recteur Erick Roser était l'invité de la matinale radio.

Voguer confiné

Amateurs de régates, consolez-vous : en attendant de pouvoir reprendre la mer, le Cercle nautique calédonien, organise de nouveau des régates virtuelles. Compétition chaque mardi avec trois courses et le retrait du plus mauvais résultat. Ouverture du plan d’eau à 17h20, départ à 17h30. Pour participer, c'est ici.

Auckland reste confinée 

Actualité régionale sous Covid, également. La plus grande ville de Nouvelle-Zélande et ses deux millions d’habitants vont rester confinés pour au moins une semaine de plus. Objectif : juguler la propagation du variant Delta qui est "en hausse". C’est ce qu’a annoncé la Première ministre hier.

Bol d'air à Sydney

Lueur d’espoir en revanche à Sydney, en Australie. Des habitants de la première ville du pays se sont retrouvés hier pour pique-niquer ensemble, au premier jour de l'assouplissement d'un long confinement. Familles et amis se sont rassemblés dans les parcs et sur les plages après onze semaines de paralysie.

Bras de fer politique à la Samoane

A Samoa, la télénovela politique d'après législatives se poursuit. Dernier épisode, hier. Les élus de l’ancien parti aux commandes se sont vus interdire de siéger à l’ouverture de la session parlementaire. Dans un courrier, le président de l’assemblée a fait savoir aux députés que vu leurs prises de position récentes, ils n’ont toujours pas accepté leur défaite ni la prise de pouvoir du nouveau parti. Du coup, s’ils ne reconnaissent pas ça, ils ne reconnaissent pas la nouvelle assemblée, donc ils n’ont pas à venir prêter serment et siéger.  

Quand les vaches vont aux toilettes

Et cet insolite. La protection de l’environnement peut passer par des solutions étonnantes. Comme l’apprentissage de la propreté chez les vaches. Des scientifiques néo-zélandais auraient réussi à dresser des bovins à uriner dans des toilettes. Le but : réduire l'émission de gaz à effet de serre.

Pourquoi ? Parce que l’urine des vaches est riche en azote. Si on arrive à la récupérer, on peut la retraiter et limiter ses effets néfastes. Le défi est maintenant de changer d'échelle, pour dresser de grands troupeaux et adapter le principe à des environnements comme la Nouvelle-Zélande où les bêtes passent plus de temps en plein air que dans des étables.