Vaiana, la légende du bout du monde: "le film est authentique, à part les noix de coco qui parlent"

cinéma
Vaiana/Moana Disney
Moana ou Vaiana dans la version française, l'héroïne polynésienne du nouveau film de Disney.
C'est l'événement cinéma de l'année pour les spectateurs océaniens. "Vaiana, la légende du bout du monde" sortira sur les écrans le 30 novembre. Le film a été projeté en avant-première aux Fidji mercredi, et contre toute attente, il a agréablement surpris les spectateurs. 
C'est la première fois que Disney réalise un film ancré dans les cultures polynésiennes. Ces derniers mois, "Vaiana, la légende au bout du monde" a donc alimenté de nombreuses polémiques.
 
Dans le Pacifique, beaucoup de voix se sont élevées pour accuser Disney d'avoir dénaturé et trahi les cultures polynésiennes pour les besoins du film. Ça a commencé par le tour de taille du demi-dieu Maui. Disney en a fait un personnage obèse, ce que les Polynésiens ont pris comme une insulte. 
 
Puis, c'est le choix des voix de la version française "Vaiana, La légende du bout du monde", qui a déclenché une polémique en Polynésie française, où l'on aurait voulu entendre l'accent polynésien.
 
Mais ce sont surtout les produits dérivés du film qui ont indigné les Maoris. Disney a du retirer de la vente le costume de Maui.
 
D'autres Polynésiens ont accueilli le film comme une superbe opportunité de faire connaître le Pacifique aux enfants du monde entier. 
 
"Vaiana, la légende du Pacifique", a été projeté en avant-première mercredi à Suva, aux Fidji, et contre toute attente, les spectateurs ont été convaincus. Naziah Ali, l'éditrice du magazine Mai life, était dans la salle. Elle a fait la critique du film sur ABC Radio Australia: 
 
« Je suis agréablement surprise, parce que le film est authentique, même si les membres de la famille de Moana ont tous des accents de différentes îles du Pacifique, en anglais, mais bon c'est difficile de réunir un casting! En tout cas, l'histoire, tout ce qui est dit sur les migrations et la navigation traditionnelle, c'était authentique. Cela correspond aux histoires qu'on nous a racontées quand nous étions petits, donc je ne me suis pas retrouvée devant le film à me dire "attendez un peu, c'est pas ça, le Pacifique." À part peut-être les noix de coco qui parlent, ces personnages de pirates. Mais bien sûr, c'est un film de Disney donc c'est normal, ils créent une histoire. »
 
Toujours plus surprenant pour Naziah Ali, Disney n'est pas tombé dans les clichés usuels sur notre région: 
 
« Je m'attendais à ce que Disney représente des stéréotypes du Pacifique, que les hommes soient dépeints comme dominants dans le film. Mais là en l'occurrence, c'est une femme qui est le personnage central. Et c'est elle qui sauve la situation. Donc c'est une histoire stimulante. Et elle est réaliste, puisque dans certaines cultures du Pacifique il y a des sociétés matriarcales où les femmes ont le pouvoir. Je trouve que c'est bien que Disney ait montré une femme forte, pour les enfants qui verront le film - et même pour les adultes. »
 
Du côté de la bande son, ce sont surtout des musiques et chansons de Tokelau qui accompagnent le film. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live