Vanuatu : Charlot Salwai évite la prison après avoir été reconnu coupable de parjure

océan pacifique
Charlot Salwai, ex-premier ministre du Vanuatu, novembre 2016, photo libre de droit
Charlot Salwai en novembre 2016. ©R. Farrell

L'ancien Premier ministre de Vanuatu, Charlot Salwai, évite la prison après avoir été reconnu coupable de parjure. Il a été condamné à deux ans et trois mois de prison avec sursis après avoir induit la Cour suprême en erreur. Il devra quitter son siège au Parlement.
 

La Cour Suprême du Vanuatu a condamné l'ancien premier ministre du Vanuatu, Charlot Salwai, à deux ans et trois mois de prison avec sursis.

Le juge Andree Wiltens a déclaré que Mr Salwai a intentionnellement menti lors de sa déclaration sous serment visant à induire en erreur la Cour. Selon la Constitution de la République du Vanuatu, la peine maximum pour faux témoignage est de sept ans. Or, le juge Wiltens a infligé deux ans et trois mois d'emprisonnement avec sursis car Charlot Salwai n'a pas de casier judiciaire. L'ancien Premier ministre a quatorze jours pour faire appel.

Fin de mandat au Parlement

En 2019, l'opposition de l'époque est allée devant les tribunaux pour contester la création des postes de secrétaire parlementaire, arguant que cette décision était illégale parce que la constitution de Vanuatu fixe une limite au nombre de ministres au sein du gouvernement.

La Cour suprême a conclu que Charlot Salwai avait fourni des informations fausses dans sa déclaration sous serment. Il avait alors déclaré que la décision de créer les postes avait été approuvée par le Conseil des ministres, ou le cabinet, or cela s'est révélé être faux.

Dans un article publié sur le site internet d'ABC News, le journaliste Liam Fox précise que Charlot Salwai devra quitter son siège au Parlement. L'ancien Premier ministre n'a pas encore indiqué s'il fera appel de cette décision. Selon le juge Andree Wiltens, la mise en sursis est motivée par la contribution de l'ancien Premier ministre au développement de Vanuatu au cours de ses 18 ans de carrière parlementaire.

Charlot Salwai : un réformateur

Charlot Salwai initialement considéré comme un réformateur est le quatrième ancien Premier ministre ou vice-Premier ministre de Vanuatu à avoir été condamné à une peine de prison, ces dernières années. Le journaliste local Dan McGarry a déclaré que cette condamnation renforcerait l'opinion publique dans l'idée que la politique était intrinsèquement corrompue.

Nous avons vu un pourcentage substantiel de nos députés face au mauvais côté d'un procès pénal au fil des ans. Cela crée un sentiment d'impunité face à la corruption continue.

Dan McGarry

 

« De nombreuses personnes avaient fondé leur espoir en la personne de Charlot Salwai, souligne Dan McGarry, lorsque Salwai est devenu Premier ministre en 2016. Son élection faisait suite à un scandale politique de corruption impliquant 14 députés.»

Il faisait partie d'un mouvement de réforme qui était largement considéré comme un gouvernement de stabilité qui prenait l'administration au sérieux.

Dan McGarry

 

« C'est donc dommage que sa carrière se soit terminée de cette façon parce qu'il était considéré comme un administrateur compétent, comme quelqu'un qui se souciait de la politique et quelqu'un qui faisait avancer les choses.»

Après les élections nationales au début de 2020, Charlot Salwai a été remplacé au poste de Premier ministre par le politicien chevronné Bob Loughman, qui dirigeait un nouveau gouvernement de coalition. Charlot Salwai a été réélu député de la circonscription électorale de la Pentecôte - un siège qu'il occupait depuis 2002.