nouvelle calédonie
info locale

Vente aux enchères historique pour Compact Mégastore

consommation
Vente aux enchères Compact Megastore
©NC1ère
Près de mille lots ont été proposés ce mercredi au col de Tonghoué à Dumbéa. Un rendez-vous historique par l’intérêt qu’il a suscité : plus de six-cent personnes ont participé à ces enchères.
Il fallait jouer des coudes ce mercredi matin, pour assister à la vente aux enchères du stock de la grande enseigne du centre-ville. Jouer des coudes et s'armer de patience, en raison du nombre inhabituel de lots, près de 1 000 et des très nombreux ordres de portée des enchères explique Nuccia Delatre, collaboratrice de l'étude. « Un ordre de portée des enchères c'est quand la personne ne peut pas suivre les discussions sur place, donc elle nous mandate pour effectuer la vente. On a été submergés d'ordres, on en refuse au dernier moment ».
 

Commerces en difficulté


À 10h15, pour le début des enchères, les premiers lots, essentiellement du mobilier n'ont pas passionné les acheteurs. En revanche, les CD et DVD ont remporté les faveurs des Calédoniens. Certains lots comme le n°102, sept coffrets collectors de Led Zeppelin, ont donné lieu à de belles batailles d'enchères. Parmi les heureux adjudicataires, Jean-Marie Fournier a trouvé son bonheur. « J'ai réussi à prendre un des lots de CD qui restaient, ça monte très vite mais je suis content, j'ai eu ce que je voulais », lance-t-il. 
Vente aux enchères Compact Mégastore 2
©NC1ère

Après avoir réglé ses lots augmentés des 9,54 % de frais, Brigitte Racine, enchérisseuse est elle aussi ravie de ses achats. Elle ne peut s'empêcher néanmoins, d'avoir une pensée pour les commerces en difficulté. « C'est dommage que Mégastor disparaisse parce qu'il n'y a pas beaucoup de magasins en Calédonie comme ceux-ci. Je pense que la vente en ligne doit pénaliser tous ces commerces qui disparaissent petit à petit, c'est regrettable ».

Depuis deux ans, les ventes aux enchères après liquidation judiciaire s'enchaînent au rythme d'une par semaine environ. 

Le reportage Caroline Antic-Martin et Michel Bouilliez :
©nouvellecaledonie
Publicité