Des vergers dévastés par un papillon-piqueur

environnement
oranges piquées la foa
A La Foa, un verger est à nouveau dévasté par le papillon-piqueur. ©NC 1ERE
A La Foa, les producteurs sont extrêmement inquiets. Un verger est à nouveau dévasté. L’an dernier, les papillons-piqueurs avaient déjà fait parler d’eux. Les producteurs assurent qu’ils auront du mal à survivre à une deuxième année sans production.
« L’an dernier, je n’ai pas vendu un seul fruit et je n’ai pas gagné un seul franc. J’ai perdu 40 tonnes d'agrumes et cette année ça recommence. Je ne sais pas quoi faire… faut-il tout arracher avec le bulldozer ? », s’interroge Edouard Stanisic. L’arboriculteur de La Foa a déjà perdu deux tiers de sa production d’oranges. Le responsable de ce carnage est l’Eudocima Fullonia, ou papillon-piqueur. On le trouve principalement dans les érythrines.

Les raisons de ce désastre ne sont pas vraiment connues. Deux hypothèses : l’apparition de nouvelles variétés de papillons ravageurs ou l’hydromorphie. Un sol est dit hydromorphe lorsqu'il montre des marques physiques d'une saturation régulière en eau.

L’an dernier, une enveloppe de 50 millions avait été débloquée par le gouvernement via l’APICAN pour venir en aide aux arboriculteurs victimes du papillon-piqueur.

Reportage Caroline Antic-Martin et Cédric Michaut
©nouvellecaledonie

 

S.R