VERIFICATION. La Nouvelle-Calédonie est-elle "le seul pays au monde où il n'y a eu aucun décès lié au Covid-19", comme le pense Thierry Santa ?

coronavirus
Urgences adultes médipole
©Caroline Antic-Martin
L’ancien président du gouvernement a fait cette déclaration, mercredi, lors d’une conférence de presse. Mais les chiffres consultés par NC la 1ère montrent que d’autres pays n’ont connu aucune mort liée à la pandémie.

"L’isolement de la Nouvelle-Calédonie ne peut être éternel." Thierry Santa a exhorté les Calédoniens à se faire vacciner, mercredi 7 juillet, pour pouvoir atteindre l’immunité collective et ainsi rouvrir les frontières du pays. Un appel lancé au cours de sa dernière conférence de presse en tant que président du gouvernement avant de se faire remplacer le lendemain par Louis Mapou. 

Mais au cours de cette intervention, il a tenu à souligner la situation particulière du pays, qui applique la stratégie du "Covid-free" ("sans Covid"), en expliquant que "la Calédonie est, peut-être, le seul pays au monde ou il n’y a eu aucun décès lié au Covid". Sauf que l’ancien président du gouvernement s'est un peu trop avancé. Explications.

Des morts en Calédonie… mais importés

Le premier point discutable dans la déclaration de Thierry Santa est que factuellement, deux personnes sont mortes en Nouvelle-Calédonie après avoir été infectées par le Covid-19. Une nuance toutefois, il s’agissait à chaque fois de malades évasanés au Médipôle de Dumbéa depuis Wallis-et-Futuna. Le premier était arrivé le 1er avril 2021 avant de décéder 7 jours plus tard. Le second, lui, mourra des suites du coronavirus le 29 avril, selon une information recueillie par NC la 1ère. Aucun des deux en revanche ne sont calédoniens ou ont été infectés sur le Caillou. Ce qui tend à donner en partie raison à Thierry Santa.

D’autres pays sans aucun décès

En revanche, l’ancien chef du gouvernement s’avance trop en estimant que la Nouvelle-Calédonie est le seul pays au monde dans cette situation. Selon les données récoltées par l’institut américain John Hopkins, qui fait référence dans le domaine, le Vatican, la Micronésie, les îles Salomon, Dominique ou Saint-Pierre-et-Miquelon ne comptent aucune mort liée à une infection au Covid-19 depuis le début de l’épidémie. 

Il s’agit toutefois d’une situation exceptionnelle au regard de l’ampleur de la pandémie et de sa propagation mondiale. Et surtout, il est très difficile de connaitre le vrai bilan du Covid-19. "En temps normal, sur quelque 200 pays dans le monde, l'OMS estime qu'environ 70 d'entre eux rapportent avec précision et fidèlement le nombre des décès. Et ça, c'est quand tout va bien", expliquait en mars à franceinfo Jean-Marie Robine, directeur de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et chercheur associé à l'Institut national d'études démographiques (Ined).

Sauf que dans ces pays qui sont, pour faire simple, les plus avancés, chacun a développé son propre système.

Jean-Marie Robine

 

Même parmi les bons élèves, "tous les bilans ne sont pas strictement comparables", poursuivait le démographe, anéantissant l'espoir de s'en sortir en additionnant les données communiquées par les Etats. Dans les pays en développement, où les aînés meurent plus souvent à domicile que dans des structures médicalisées, ces chiffres relèvent tout simplement du mystère, faute d'organismes permettant de les collecter rigoureusement.

Ainsi, sur plus de 50 pays du continent africain, seulement huit possèdent un système permettant aux autorités d'enregistrer systématiquement les décès, selon la BBC (en anglais). En Asie, c'est le cas de la moitié des pays, selon la même source. La Commission économique et sociale pour l’Asie et le Pacifique de l'ONU (Cesap*) concède que "de nombreuses morts ne sont pas rapportées (…) Dans des circonstances normales, la cause n'est pas mentionnée dans au moins cinq décès sur sept."