publicité

Le vert du nickel : à Londres, le métal franchit le seuil des 13.000 dollars la tonne

Les cours du nickel sont en hausse sur le marché londonien (LME). Le métal s’échange autour de 13.065 dollars. Son prix, lundi, est provisoirement supérieur de 23 % à son niveau le plus bas de 2018, enregistré le 31 décembre dernier. Il était alors de 10.500 dollars par tonne.
 

Sulfate de nickel pour les industries chimiques © Alain Jeannin
© Alain Jeannin Sulfate de nickel pour les industries chimiques
  • Par Alain Jeannin
  • Publié le
Très bon début de semaine pour l’un des principaux métaux de l’acier inoxydable et de la transition énergétique. Les cours du nickel continuaient leur progression sur le marché londonien des métaux. "Le tonus haussier augure bien pour l’avenir" a indiqué Marex Spectron, le principal négociant industriel de la City, "surtout si les négociations américano-chinoises progressent." Une note venant cette fois du marché des métaux de Shanghai (SMM) a retenu l’attention des analystes et du Metal Bulletin (Fastmarkets) à Londres, elle prévoit "que la demande en acier inoxydable après le Nouvel an chinois devrait maintenir les prix du nickel dans une tendance positive pour ce trimestre."

Le nickel a retrouvé, lundi, des cours sans précédent depuis octobre 2008, mais dans des échanges réduits, en raison de la fermeture lundi des marchés Chinois. Les stocks sous mandat du London Metal Exchange (LME) avec un peu plus de 200.000 tonnes, sont au plus bas depuis mars 2014. Les fondamentaux sont donc favorables (offre et demande). L’International Nickel Study Group (INSG) prévoit que le marché du nickel affiné sous forme de métal et d’alliages "enregistrera un déficit supplémentaire de 33.000 tonnes supplémentaires, après le déficit de 123.900 tonnes de la période de janvier-novembre 2018"  précise le groupe d’études du nickel basé à Lisbonne au Portugal.

Dans l’attente de la présentation des résultats annuels des grands groupes miniers et industriels, dont ceux d’Eramet le 21 février prochain, le marché continue d’évaluer les répercussions de la catastrophe du barrage de résidus miniers de Vale au Brésil. "Le numéro un mondial du fer et du nickel a annoncé qu’il mettrait hors service, le temps nécessaire, l’ensemble de ses barrages de retenue et qu’il pourrait être amené à revoir ses projets d’investissement dans les mines du pays, en raison des sanctions financières qu’il pourrait subir" annonce encore le Metal Bulletin (Fastmarkets). Les ambitions de Vale de stimuler notamment la production de fer de ses centres de production seraient revues à la baisse. La hausse envisagée de 28 % par an, en partant de 244.000 tonnes en 2019, n’étant plus vraiment d’actualité après la tragédie du Brésil. Moins de fer, moins de nickel sur le marché ? En soirée à Londres, le nickel a franchi un nouveau seuil à la hausse, celui des 13.000 dollars.


Nickel Londres (LME) 04/02/2019 16.00 PM 13.065 dollars par tonne (5,92 $ par livre) +2,66 % [+9,83 % sur cinq jours]
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play