publicité

Visite de chantier guidée sur la route du Néobus

L’un des grands chantiers calédoniens aborde une année qui s’annonce chargée. En 2018, de nombreux travaux engagés autour du projet Néobus seront finalisés. Objectif : commencer à exploiter la première ligne en septembre 2019, entre la Moselle et le Médipôle.

Le carrefour Patch, point stratégique de travaux Néobus. © NC 1ère / Sheïma Riahi
© NC 1ère / Sheïma Riahi Le carrefour Patch, point stratégique de travaux Néobus.
  • Sheïma Riahi, Christian Favennec et Martine Nollet, avec F.T.
  • Publié le
Message aux automobilistes, aux riverains et aux commerçants qui côtoient la multitude de travaux liés au projet Néobus: encore un peu de patience! Le chantier pharaonique avance, mais il est loin d’être terminé pour équiper l’agglomération nouméenne de son transport en commun en site propre. C'est-à-dire sur une voie réservée. De nombreuses perturbations restent à prévoir, Vallée-du-Tir, à Rivière-Salée ou au centre urbain de Koutio. 
Le reportage de Sheïma Riahi et Christian Favennec.
VISITE DU CHANTIER NEOBUS

De 5 heures à 21 heures

A ce stade, la mise en service de la première ligne est prévue en septembre 2019. Les voies de circulation pour le Néobus s’étendront sur 13,5 km entre la baie de la Moselle, à Nouméa, et le Médipôle, à Dumbéa. Le service devrait être assuré chaque jour de 5 heures à 21 heures.

200 bus à terme

L'objectif de ce projet porté par le Syndicat mixte des transports urbains est d'alléger le flux automobile sur les grands axes routiers. Et à terme, la flotte doit compter 200 bus, sur l'ensemble du réseau. Ecoutez le reportage de Martine Nollet. Parmi ses interlocuteurs, Christophe Lefèvre, le directeur du SMTU.
En attendant le Néobus

Carrefour Patch

A l’entrée du centre-ville de Nouméa, dans la zone du carrefour Patch, les ouvriers finissent les travaux d’infrastructure, dont la grande difficulté a été le basculement des sens de circulation de façon à libérer une rue. «On a condamné la voie Austerlitz, qui n’est dédiée qu’au Néobus, et basculé toute la circulation sur la voie Clemenceau», rappelle David Jourdes, directeur du projet Néobus pour la société Colas.

David Jourdes, société Colas. © NC 1ère
© NC 1ère David Jourdes, société Colas.

Place des Cocotiers

Avis de chantier, le retour! «Les travaux reprennent activement à partir du début de semaine prochaine, annonce Marie Morel, chargée de communication autour du projet Néobus. On va commencer par des travaux qui vont venir s’installer au niveau de la place des Cocotiers. A partir de février 2018, la desserte des bus va être déviée, elle ne se fera plus par la place des Cocotiers, qu’on investit pendant environ huit mois de travaux.»

Vallée-du-Tir

Autre phase importante, à la Vallée-du-Tir à partir de début février: «On met en place un sens unique du pont Berthelot jusqu’à la rue Sainte-Cécile», décrit Marie Morel - il s’agit de la petite rue entre la poste et la salle omnisports. «On invite les usagers à emprunter la voie express en contournement.» Durée: quatre mois. Par ailleurs, les sens de circulation seront modifiés dans le haut de la Vallée-du-Tir à partir de février.

Les bâtiments du futur centre de maintenance poussent à vue d'œil, près du rond-point Belle-vie. © NC 1ère / Sheïma Riahi
© NC 1ère / Sheïma Riahi Les bâtiments du futur centre de maintenance poussent à vue d'œil, près du rond-point Belle-vie.

4e Km

Le centre de maintenance et d’exploitation de la flotte Néobus pousse là où se dressait la butte Rabot. Un chantier qui s’étend sur quatre hectares et représente un investissement de 900 millions FP. Prévus sur le site : un parking où remiser les bus, un bâtiment administratif qui regroupera le personnel du futur exploitant, un bâtiment plus imposant pour les réparations et la maintenance, ainsi qu’une station de lavage et une station-service.

Cécile Pérennes, chargée d'opération à la Secal © NC 1ère
© NC 1ère Cécile Pérennes, chargée d'opération à la Secal

Le centre de maintenance «pour juin»

«Le centre de maintenance sera l’outil principal de gestion et d’exploitation du futur réseau Néobus, situe Cécile Pérennes, chargée d’opérations à la Secal. On a commencé les travaux au mois de novembre 2016, avec une grosse phase de terrassement étant donné qu’on avait l’ancienne butte à l’arrière. Le gros œuvre est intégralement fini sur la parcelle. On devrait finir pour juin. »


En chiffres

13,5
kilomètres de long pour la ligne 1, entre la Moselle et le Médipôle

20
milliards de coût estimé du projet, dont 17 milliards ont déjà été engagés.

80%
des marchés publics attribués

900
millions pour le seul centre de maintenance et d'exploitation

Cinq
minutes d'attente annoncées entre chaque bus

200
bus composeront la flotte Néobus

Sur le même thème

  • transports

    Tanéo victime de son succès

    Une semaine que Tanéo a pris du service. Gratuit au démarrage, le réseau de transport en commun qui dessert le Grand Nouméa a enregistré 80 000 montées rien que pour le Néobus. Alors que les nouveaux tarifs entrent en vigueur lundi, les usagers tirent un bilan contrasté.

  • transports

    Le Néobus démarre sur les chapeaux de roue

    Petite révolution pour les usagers des transports en commun en Nouvelle-Calédonie : le réseau Tanéo du Grand Nouméa entre en service réel. Notamment la ligne du Néobus, entre la Moselle et Dumbéa-sur-mer. Entre la nouveauté et la gratuité du démarrage, les premières rotations étaient bondées.  

  • transports

    J-5 avant le départ de Tanéo

    Dernière semaine d’attente, pour les usagers du transport en commun à Nouméa et dans son agglomération. Le réseau Tanéo démarre officiellement samedi, en Nouvelle-Calédonie, avec ses 140 cars dont 22 Néobus. A l'agence de la Moselle, c'est l'affluence. 

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.
Cela ne vous prendra que quelques minutes.

Je participe à l'enquête