Vivre le confinement dans un logement social

coronavirus
confinement logement social
©Caroline Antic-Martin

Quatrième semaine de confinement et quatrième semaine de galère pour les Calédoniens limités dans leurs déplacements ; une situation particulière surtout lorsque l'on est bloqué entre les murs d'un appartement. 

Jeanne vit seule dans un studio de 30m2, dans le quartier de Saint-Quentin, à Nouméa. En temps normal, quand elle ne travaille pas, elle préfère être dehors. Parmi ses activités favorites : les visites à sa famille ou encore le bingo avec les copines ; autant d'activités actuellement interdites en raison du confinement... mais la jeune femme garde le moral. 

Je le vis bien, car déjà j'ai un travail, je sors pour le travail, je ne suis pas enfermée, je fais mes courses... pour moi, le confinement, ce n'est pas dur si tu le prends bien dans ta tête.

Jeanne


Confinement et pâtisserie

Jeanne regrette que certains jeunes du quartier ne respectent pas le confinement. Elles aimeraient qu'ils soient plus à l'image de Romon et Loïc, deux frères qui vivent avec leur maman du côté de Dumbéa. Habituellement, pour eux, vacances scolaires riment avec séjour à Maré chez les grands-parents... encore un déplacement impossible ces derniers temps.

"Au début, ça allait, après on s'énerve parce qu'on est tout le temps dans la maison. On veut sortir mais il y a des contrôles partout, on est obligés de respecter le réglement" explique Yvonne Pautre, la maman. Activité favorite du confinement : la pâtisserie, qui semble ravir les enfants. Tous les deux jours, les brioches, crêpes et beignets garnissent la table familiale. 

Comme beaucoup de Calédoniens vivant en appartement, Yvonne et ses enfants ont hâte de pouvoir circuler librement, ne serait-ce que pour éliminer les quelques kilos gagnés pendant ces quatre semaines de confinement.

Le reportage de Caroline Antic-Martin et Gaël Detcheverry.