Zoom sur les conséquences psychologiques du confinement

coronavirus
Zoom sur les conséquences psychologiques du confinement
©Natacha Lassauce Cognard et Claude Lindor
Les Calédoniens sont confinés chez eux depuis le 7 septembre. Une mesure qui peut avoir des conséquences psychologiques très préoccupantes. Zoom.

Depuis 10 jours, les Calédoniens sont confrontés au confinement, les impressions divergent mais cette période n’est pas anodine. Cette réalité est particulièrement anxiogène pour la population, certains sont confrontés à l'isolement et à l'épuisement, d'autres au stress et à l'angoisse. Dans Nouméa, à notre micro, les Calédoniens font part de leur ressenti : 

“On tourne en rond, on ne peut pas sortir”, “Je pense que les personnes qui ne sont pas à la campagne ça doit être angoissant.” “Je suis un  peu morose… je ne le vis pas trop bien, j'essaye de ne pas trop y penser.” 

L’isolement peut entraîner des troubles de l’humeur et des angoisses. Pour Benjamin Goodfellow, psychiatre au Centre hospitalier spécialisé Albert-Bousquet, la population doit être sensibilisée au problème.

Les raisons sont rationnelles et irrationnelles. Les raisons rationnelles sont bien sûr les pertes potentielles de ressources, l’impossibilité d’aller travailler et l’incertitude sur l'avenir et les informations à caractère effrayant que l’on peut retrouver sur les réseaux sociaux.

Benjamin Goodfellow, psychiatre au Centre hospitalier spécialisé Albert-Bousquet


Le centre hospitalier Albert-Bousquet sur le pont
 

“L’ensemble de nos structures restent ouvertes, on répond, on est sur le pont, on privilégie bien entendu l’appel téléphonique en premier. On peut faire beaucoup de choses par téléphone donc il faut nous appeler", précise le psychiatre.

Durant le confinement, il est conseillé aux calédoniens de rester en contact par téléphone avec leurs familles et leurs amis et de ne pas hésiter à faire appel à des professionnels de santé ou encore d’appeler le numéro vert unique et gratuit de SOS Ecoute le 05.30.30 ou par SMS le 50.00.67. 

Natacha Lassauce Cognard et Claude Lindor :