Confinement : le suivi des personnes handicapées se poursuit

handicap
Association Valentin Haüy AVH coronavirus
©Alix Madec
Malgré la période de confinement que connaît le territoire, le suivi des personnes handicapées se poursuit.

La trentaine d’associations réunies au sein du collectif handicap met tout en œuvre pour assurer une continuité à ses adhérents touchés par le handicap. Appels téléphoniques, visites à domicile dans le respect des gestes barrières… Les professionnels s’organisent, sur la grande terre, comme dans les îles. 

“La différence c’est qu’il y a beaucoup plus d’inquiétudes”
 

Après deux confinements à une année d’intervalle, les associations dédiées au suivi des personnes handicapées sont rodées à l’exercice. Mais cette fois-ci pour le troisième confinement, le Covid-19 circule pour de bon sur le Caillou. Dans les îles Loyauté, les 113 auxiliaires de vie et 8 éducateurs de l’Association des parents et amis des handicapés des Loyauté sont à pied d’œuvre. Ils suivent à l’année, près de 200 personnes. 

Il y a un coordinateur dans chaque équipe, on maintient les tournées sur le terrain pour aller voir les gens. Il y a effectivement un suivi téléphonique à distance. Sur les prises en charge normales, il y a deux tiers des personnes qui ont maintenu leur demande d’accompagnement.

Marie-Claire Pham, présidente de l’association.


De leur côté, à Nouméa, les trois codeuses de l’Association pour la surdité assurent le suivi pédagogique d’une vingtaine d’enfants, à distance et à l’aide de la visioconférence. 

Nous essayons d’intervenir sur des temps que l’on sélectionne avec la famille pour leur permettre de faire leurs devoirs avec le code LPC et la langue des signes.

Lauriane Lombard, coordinatrice de l’APS


Un suivi quotidien sur le terrain ou par téléphone, assuré aussi par les trois professionnels de l’association Valentin Haüy, qui prennent en charge une trentaine de personnes aveugles et malvoyantes. “Cela va être du lien téléphonique, puis du déplacement pour déposer les courses s’il y a besoin, pour l’argent de vie de certaines personnes et leur apporter du matériel spécialisé comme des lecteurs de livres audio, etc” précise Virginie Antoine, coordinatrice de l’association.

Les membres de l’association Valentin Haüy doivent rencontrer dès lundi prochain un membre du gouvernement, car sa situation financière est critique selon sa coordinatrice : elle ne pourra pas terminer l’année. Un défaut de trésorerie estimé à près de 12 millions de francs cfp.

Les précisions d’Alix Madec