publicité

FIFO

rss

15e FIFO : Joey Mataele ou le combat des leities dans les îles Tonga

Le festival du film documentaire océanien à Papeete accueille Joey Mataele. Cette Tongienne se bat pour la reconnaissances des personnes transgenres dans les îles Tonga où leur statut est menacé par les nouvelles églises protestantes. Un documentaire retrace son combat.

Joey and the leitis © DR
© DR Joey and the leitis
  • Par Cécile Baquey
  • Publié le , mis à jour le
Joey Mataela doit son prénom à la reine des îles Tonga. “Elle la trouvait tellement mignonne qu’elle refusait de l’appelait Joe, elle disait : elle s’appellera Joey”, raconte la princesse Lupepau’u Tuita-Taione.

Famille royale


Joey est transgenre, une leitis comme on les nomme aux îles Tonga. Elle travaille régulièrement au service de la famille royale tongienne. Il y a cinq-dix ans, sa différence ne posait pas vraiment de problèmes aux îles Tonga.

Joey Mataele à l'ONU à Genève en Suisse © DR
© DR Joey Mataele à l'ONU à Genève en Suisse

Le combat de Mataele


Mais depuis l’arrivée de nouvelles églises protestantes, la situation a changé. Les pasteurs de ces églises ne supportent pas que cette manière de vivre soit tolérée. Le documentaire Joey and the leitis en compétition au FIFO retrace le combat de Mataele en faveur des transgenres, gays et lesbiennes.


Fière de sa culture


Les îles Tonga, situées à 1 500 km au nord de la Nouvelle-Zélande, forment “le seul archipel dans l’Océanie à n’avoir jamais été colonisé. C’est aussi la seule monarchie du Pacifique” selon Joey Mataele. “Nous sommes très fières de notre culture, de notre langue”, ajoute-t-elle.

Galerie de portraits


Dans ce documentaire très émouvant, se croisent plusieurs personnages. Il y a Joey, la battante qui va jusqu’à Genève, à l’ONU, plaider la cause des leities. Il y a Eva Baron, qui rêve d’amour et de stabilité. Il y a aussi Fatima, très émouvante. 

Eva Baron, vice-secrétaire de l'association des leitis des îles Tonga © DR
© DR Eva Baron, vice-secrétaire de l'association des leitis des îles Tonga

Immense espoir


Nous voulions montrer et révéler les difficultés des leitis dans la société tongienne actuelle, mais nous voulions aussi faire part de l’immense espoir qu’elles portent en elles”, explique le réalisateur Dean Hammer.

Un couple à la réalisation


Son mari et co-réalisateur Jo Wilson ajoute : “l’histoire de Mataele nous a beaucoup touché. Nous sommes Américains et nous voyons déferler avec effarement toutes ces nouvelles églises rigoristes financées par les Etats-Unis aux Tonga. Il était de notre devoir de dénoncer leur intolérance. Par ailleurs, nous nous sommes mariés moi et Dean au Canada".

"Dans ma petite ville de Pennsylvanie, on me regarde vraiment de travers”, affirme Joe Wilson.

 


Tolérance non partagée


Chaque témoignage  de Joey and the leitis est poignant. Eva raconte comment elle a quitté sa famille qui ne supportait pas de la voir habillée en fille. Joey se souvient aussi de son frère qui a failli l’étrangler. Les leitis étaient protégées aux îles Tonga, mais à y regarder de prêt, la tolérance n’était pas partagée par tous.

Concours Galaxy


Joey a choisi de militer. Elle a même organisé un concours de beauté pour les Leitis baptisé Miss Galaxy. Le concours est très drôle, voire burlesque, mais cette année il n’a pas pu avoir lieu. Joey a préféré organiser un débat sur le droit de l’homme avec les pasteurs qui leur sont hostiles. Personne n’a réussi à convaincre personne, mais le débat a bien eu lieu. 

Agressé brutalement


Quelques jours après la fin du tournage, Keuli Malakai qui faisait partie de l’association des Leitis des îles Tonga est mort après avoir été agressé brutalement par un homophobe. Le combat de Mataele continue plus que jamais.

Sur le même thème

Tahiti Informations

LES HORAIRES :


CINEMAS DE TAHITI :

 
INFOS PRATIQUES :

 

Les infos video en tahitien 

Utlisez le menu en haut ( à gauche)

Le FIFO sur Twitter
publicité
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play