polynésie
info locale

4 questions pour comprendre la tuberculose aux Marquises

tuberculose marquises
Tahuata : l’île lumière se prépare pour le Matava’a
Tahuata ©Polynesie1ere
11 personnes ont été diagnostiquées positives à la tuberculose, après l'infection d'une enseignante, aux Marquises. Mais 26 autres doivent être dépistées, dont des enfants pour la plupart. C'est la troisième fois que la maladie se déclare dans le cadre scolaire. 

D'où est venue l'infection ?

On en sait un peu plus sur les cas de tuberculose qui frappent l'archipel des Marquises
Une enseignante de Tahuata, de la vallée Hapatoni, aux Marquises, a contracté la maladie en février dernier. Mais en remontant dans son parcours, elle est passée par Mahina, en novembre 2018, où un foyer tuberculeux persiste.
Elle a contaminé deux de ses élèves dont une enfant de 11 ans actuellement en soins à Tahiti.
"Je vais bien, raconte-elle aujourd'hui. On va dire que je réponds bien au traitement, sachant que c'est un traitement de 6 mois. Les docteurs m'ont dit que je n'étais plus contagieuse, donc j'ai repris mon travail tranquillement. Je pense que les enfants ont été contaminés pendant la période où moi-même j'étais malade sans le savoir."

Les deux enfants ont été dépistés il y a 2 semaines, suite à une radiographie des poumons et une prise de sang.
Le bacille a également touché une collègue de cette enseignante, au mois de juin, dans la vallée voisine de Tahuata, à Hanatetena cette fois-ci. Ses élèves devraient suivre un protocole également.
 

Quel est le protocole en cas de dépistage positif ?

Au total, 26 "personnes-contact" ont été recensées par les autorités sanitaires, c'est-à-dire des personnes qui ont été en contact avec la patiente. Ces 26 personnes vont devoir se déplacer sur Hiva Oa le 17 juillet pour réaliser un dépistage.

Le virus a contaminé au total pour le moment aux Marquises, 11 personnes, dont 8 cas d’infection tuberculeuse latente (2 adultes et 6 enfants). L'infection tuberculeuse latente concerne des personnes qui ont été contaminées, mais qui n'ont pas développé la maladie. "Dans 9 cas sur 10, les personnes ne développent pas la maladie, explique le Dr Marine Giard, du Bureau de Veille Sanitaire. Dans 1 cas sur 10, sans traitement, la personne développe la maladie." Les patients se voient alors prescrire un traitement préventif qui diminue le risque de passage à la maladie.
 

Pourquoi des enfants vaccinés contractent-ils la tuberculose ?

Après l'école primaire Tuterai Tane de Pirae en avril 2017, puis le lycée Paul Gauguin de Papeete en octobre 2018, c'est donc la troisième fois dans l'histoire récente que la tuberculose se déclare spécifiquement en milieu scolaire.
Le vaccin contre la tuberculose, le BCG, fait partie des 11 vaccins obligatoires en Polynésie. Il est injecté dès la naissance. Donc, en théorie, tous les enfants devraient être protégés contre la tuberculose.
En fait, le BCG protège des formes graves de tuberculose, mais pas de la plus présente en Polynésie. Il ne permet donc pas d'éviter la contamination, ni la transmission. Des enfants vaccinés peuvent tout à fait contracter la maladie.
 

Comment se transmet la maladie ?

La tuberculose se transmet par les sécrétions aériennes, c'est-à-dire les gouttelettes de salive lorsque le patient infecté tousse, crache ou éternue. Il faut des contacts répétés ou prolongés, dans un milieu confiné. Un simple contact avec un individu tuberculeux ne suffit donc pas à être contaminé. Les personnes atteintes de tuberculose latente (sans symptôme), elles, ne sont pas contagieuses.
Un patient atteint de tuberculose active reste contagieux au moins pendant les deux premières semaines de traitement. Dès les premiers symptômes, il est donc mis à l'isolement et le port du masque est fortement recommandé.

Certaines formes peuvent être multi-résistantes, c'est-à-dire mal répondre aux traitements antibiotiques. Il y en a entre 12 et 15 en Polynésie, à l'heure actuelle. Dans le pire des cas, la tuberculose peut s'avérer mortelle.

Habituellement, 50 nouveaux cas de tuberculose sont diagnostiqués en moyenne chaque année.
4 questions pour comprendre la tuberculose aux Marquises
Publicité