polynésie
info locale

"Bombardées", le premier film sur les femmes battues en Nouvelle-Calédonie

cinéma
"Bombardées", le premier film sur les femmes battues en Nouvelle-Calédonie
"Bombardées" est en compétition au 17e FIFO. 

Florence d’Arthuys, auteur et réalisatrice de documentaires, vit à Nouméa depuis deux ans. Elle présente au FIFO le premier documentaire sur les femmes battues en Nouvelle-Calédonie : "Bombardées". Le titre reprend l’expression locale pour parler de la violence faite aux femmes. 



C’est pour une enquête sur le cannabis qu’elle se retrouve pour la première fois en Nouvelle-Calédonie. Florence d’Arthuys, auteur et réalisatrice de documentaires, vit alors à Paris. Les six mois qu’elle passe en Nouvelle-Calédonie changent sa vie : « J’ai été littéralement foudroyée par ce pays », raconte-t-elle au public lors du Inside the doc organisé autour de son travail ce jeudi. Elle se décide à partir vivre sur le Caillou où elle s’est tout de suite plongée dans ce qu’elle aime et sait faire : de longues enquêtes sur des problèmes de société. Lors du premier documentaire, elle constate la violence entrainée par l’alcool et la consommation de cannabis et voit ce que subissent certaines femmes. Ce sera son sujet, parler de ces femmes « bombardées », comme le disent les habitants de Nouvelle-Calédonie. Une expression locale très claire qui décrit ce qu’elles subissent, tant physiquement que psychologiquement. Pendant plusieurs mois, elle va d’abord enquêter, vivre avec les femmes dans le seul centre de Nouméa qui les héberge, et petit à petit les convaincre de témoigner. « Il m’a fallu beaucoup de temps pour qu’elles me fassent confiance et qu’elles acceptent de parler. Elles étaient en dehors de leur environnement familial, sur un terrain neutre, ce qui les a aidées aussi. » Dans son documentaire, on suit plusieurs de ces femmes. L’une d’entre elles a subi des violences pendant plus de 40 ans avant de trouver le courage de partir ; une autre a été sauvée par ses enfants qui se sont couchées sur elle, empêchant leur père de continuer à frapper ; Adèle raconte l’enfer : « De jour en jour, il changeait. L’alcool et le cannabis étaient comme des poisons. » ; Caroline ne peut plus courir, son genou est détruit, il lui a aussi cassé des doigts à la barre à mine.

Si les violences touchent toutes les femmes quel que soit leur niveau social ou leurs origines, les femmes mélanésiennes doivent faire face à d’autres problèmes. « Quand une femme se marie, elle quitte son clan pour celui de son mari. Leurs enfants appartiennent au clan du père et la coutume interdit aux femmes de revenir dans leur propre famille. Il y a plein de choses, liées à la tribu, qui nous dépassent et tout ça s’ajoute à la problématique et piège certaines femmes », explique Florence d’Arthuys. La dénonciation est difficile.  « Quand tu es dedans, tu es emprisonnée, confirme une femme dans le documentaire. C’est dur d’en parler. La famille ne veut pas s’occuper des affaires du couple. » Mais il y a aussi cette autre famille qui culpabilise car ils ont vu leur proche mourir sous les coups de son mari. Maureen avait 29 ans. « On voyait les traces de bleus quand elle rentrait à la maison. On aurait pu la sauver… souffle une de ses sœurs. On culpabilise. Si seulement elle s’était ouverte à nous ! J’aimerai que les femmes brisent le tabou », explique une autre. « Bombardées » montre aussi les bourreaux. À la gendarmerie de Nouméa, un homme est interrogé. « Je voulais qu’elle arrête de parler. Je l’ai frappée », reconnaît avant d’expliquer que c’est elle qui l’a provoqué : « Elle m’a dit : vas-y, vas-y », assure-t-il sous les yeux sceptiques du représentant de la loi. Celui-ci tourne son ordinateur et lui montre une photo du visage défiguré de sa femme : « Quand elle pleure, elle a les yeux qui gonflent », justifie-t-il, énervant tout à fait le gendarme. Les hommes sont aussi pris en charge de leur côté, dans des groupes de paroles. Est-ce que cela suffit pour qu’ils comprennent leurs actes, les regrettent, et essayent de changer ? « Certains ont vraiment une vision primaire de la femme : elle s’occupe de la cuisine, des enfants, et elle se tait », a constaté Florence d’Arthuys.

« Bombardées » est le premier documentaire qui s’intéresse aux femmes battues en Nouvelle-Calédonie. Florence d’Arthyus espère qu’il contribuera au réveil des consciences et encouragera les femmes à parler. Après la projection du film au sein de Béthanie, la structure d’accueil de Nouméa, toutes ont été contentes d’avoir participé, d’avoir osé parler. Et les autres qui refusaient de le faire ont regretté qu’ils soient trop tard pour participer. Briser le tabou est la première étape pour ces femmes bombardées.