publicité

Californie : la population menacée par la rupture d'un barrage

Le réservoir du barrage d'Oroville en Californie menace de déborder en raison des fortes pluies qui ont frappé la région. La population d'Oroville a dû être évacuée.

© AFP
© AFP
  • polynesie1ere.fr, francetvinfo
  • Publié le , mis à jour le
Des milliers de mètres cubes d'eau menacent de se déverser dans la vallée. Près de 200 000 personnes ont été évacuées, lundi 13 février, dans le nord de la Californie, par crainte de l'effondrement du réservoir d'Oroville, le plus haut barrage des Etats-Unis. Le réservoir est plein à ras bord après des semaines de fortes pluies.

Les autorités ont organisé un lâcher d'eau pour faire baisser le niveau du bassin : le danger immédiat semble donc écarté. Mais l'ordre d'évacuation reste en place car le déversoir principal pourrait être endommagé. Et de nouvelles précipitations sont prévues dans la semaine. En attendant, l'opération d'évacuation a engendré une belle pagaille.


"Ce n'est pas un exercice", a martelé, dimanche, le bureau du shérif du comté de Butte où se situe le barrage. Son appel à l'évacuation, posté sur Facebook, a donc rapidement été suivi par les habitants, sans être toutefois bien encadré. Interrogée par le Los Angeles Times, Belen Castaneda, une institutrice habitant à Biggs, a dû quitter sa maison en fin d'après-midi. "On a attrapé tout ce qu'on pouvait. Tout le monde flippait", témoigne-t-elle.

Comme de nombreux Californiens, elle a pris la route sans trop savoir où aller. Certaines chaînes de télévision ont donc tenté d'aiguiller les familles. Fox News a partagé les adresses des hôtels affichant complet à Chico.


Des gymnases ont aussi été réquisitionnés pour accueillir les 200 000 personnes concernées par l'évacuation, comme le montre cette journaliste du San Francisco Chronicle.


Dans les lieux accueillant les évacués, tout s'est rapidement organisé pour manger, grâce aux bénévoles. A Chico, ville située plus au nord du barrage, certains volontaires ont ainsi servi des pizzas à tout le monde.


Rues désertes, commerces et maisons abandonnées, hôtels vidés... Située en contrebas du barrage, Oroville s'est, elle, transformée en ville-fantôme, comme le montrent ces photos d'un journaliste du Los Angeles Times, entré dans la cité. Sa population a été obligée de quitter la ville en raison de la menace. "Tout est fermé", note le reporter. La route en direction du barrage a elle aussi été coupée. La police patrouille pour vérifier que personne n'est resté sur place.


Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play