Coronavirus : Qantas cloue au sol la plupart de ses Airbus A380

transports
A380 Qantas
La compagnie aérienne australienne cloue au sole une grande partie des A380 dans un contexte de crise internationale liée au coronavirus. ©MaxPPP
La compagnie aérienne australienne a annoncé mardi qu'elle arrêtait de faire voler la plupart de ses Airbus A380 et que son patron renonçait à plusieurs mois de salaire, face à la chute prévisible des réservations en raison de l'épidémie de coronavirus.
Qantas et sa filiale "low cost" Jetstar doivent supprimer près d'un quart de leurs vols internationaux dans les six mois à venir. Ceux vers l'Asie et les Etats-Unis sont les plus touchés, avec par exemple la suspension des liaisons vers San Francisco depuis Melbourne et Brisbane, ou le report de cinq mois des débuts d'une nouvelle ligne, Brisbane-Chicago.

Huit gros porteurs A380 sur dix vont cesser leurs rotations jusqu'à mi-septembre, au profit d'appareils plus petits, notamment des Boeing 787.

"Ces quinze derniers jours nous avons assisté à une nette baisse des réservations sur notre réseau international à mesure que se poursuit la progression mondiale du coronavirus", a affirmé le directeur général Alan Joyce dans un communiqué.

"Nous prévoyons que la diminution de la demande continuera dans les quelques mois à venir, donc plutôt que d'aborder la question petit à petit nous réduisons la capacité jusqu'à mi-septembre", a-t-il ajouté.

Le patron renonce à son salaire jusqu'en juin

Patron le mieux payé du pays, avec 24 millions de dollars australiens (près de 14 millions d'euros) en 2018, M. Joyce a annoncé qu'il renonçait à son salaire jusqu'au terme de l'exercice actuel, fin juin.

Les autres cadres dirigeants vont réduire de 30% leur rémunération, et l'ensemble de la direction sera privée de prime de fin d'exercice.
Avec l'équivalent de 38 appareils qui ne voleront plus dans les six mois à venir, les salariés sont encouragés à piocher dans leurs congés payés voire à prendre des congés sans solde.

Le 20 février, Qantas avait estimé à entre 100 et 150 millions de dollars australiens (58 à 87 millions d'euros) les répercussions sur son bénéfice opérationnel de l'exercice 2019-2020.

L'action a chuté de près de 38% depuis, et de près de 11% rien que lundi, journée noire sur les marchés financiers mondiaux.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live