Le surf devient olympique

surf
Michel bourez à Fiji
©WSL ; Kelly Cestari
C'est désormais officiel. Le surf fera parti des sports des prochains JO à Tokyo en 2020 .Les meilleurs surfeurs seront susceptibles de participer.
C'est un jour historique pour le monde du surf. Le sport de glisse devient olympique. Le CIO, comité international olympique, a officiellement intégré le surf aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Une excellente nouvelle pour nos champions polynésiens, qui se préparent actuellement pour le Billabong Pro Tahiti Nui. Nos aito devront néanmoins passer par l'équipe de France de surf pour prétendre participer aux JO. 
Lionel Teihotu, président de la fédération de surf de Tahiti

Ecoutez la réaction de Lionel Teihotu, président de la fédération de surf de Tahiti

teihotu


Les membres du CIO, réunis en sessions à Rio de Janeiro où vont se dérouler les JO de 2016 qui débuteront le 5 août, ont voté à l'unanimité en faveur de l'ajout de cinq sports aux prochains JO : le surf, l'escalade, le karaté, le skateboard et le baseball/softball (version féminine du baseball). Cela porte désormais à 33 le nombre de sports au programme des JO de Tokyo contre 28 à Rio. "C'est un moment clé dans la modernisation du programme olympique", s'est félicité Thomas Bach, président du CIO. Ces nouveaux sports représentent "une combinaison de sports déjà bien établis et d'autres émergents, bénéficiant d'une grande popularité au Japon et au-delà", explique le CIO. 

Vingt ans de combat 

L'ajout du surf dans les prochains JO est le fruit d'un parcours du combattant de plus d'une vingtaine d'années. Fernando Aguerre, Président de l'International Surfing Association (ISA), était présent lors de la décision à Rio. "Je savais que le surf allait devenir olympique un jour mais pas sous ma présidence", a déclaré le président de l'ISA sur Surfline, qui a pratiqué la vague de Shidashita (où se déroulera une partie des JO de Tokyo) pendant 22 ans. Un rêve devenu donc réalité.  

Les meilleurs surfeurs du monde pourront ainsi s'affronter lors des prochains JO. La World Surf League (WSL), l'instance internationale dirigeante du surf professionnel, a de plus assuré à l'International Surfing Association (ISA), la seule reconnue par le CIO, de son entier soutien. Quant au spot de Shidashita, ce dernier est connu des surfeurs pour la qualité de ses vagues.