Les "naufragés" des îles rentrent chez eux

coronavirus
retour dans les îles coronavirus
Retour dans îles. ©THIERRY STAMPFLER/POLYENSIE LA 1ère
Les 64 "naufragés" des Îles-Sous-le-Vent rentrent chez eux ce mardi 28 avril, après être restés plus d'un mois à Tahiti pour certains. Tous testés, certains en quarantaine depuis l'arrêt des vols, ils devront recommencer dans leurs îles.
C’est la délivrance pour 64 ressortissants des Raromata’i bloqués depuis plus d'un mois à Papeete, pour certains. Ils rentrent chez eux aujourd’hui, à Huahine, Raiatea ou Bora Bora.

Ces personnes étaient soit rentrées de voyage et avaient été placées en quatorzaine à l’université puis dans un hôtel, soit elles avaient été évasanées vers Tahiti et arrivent en fin de traitement.

Après de longues semaines de blocage, tous peuvent enfin rentrer chez eux. Car si la circulation inter-îles reste interdite, exceptionnellement un vol sera opéré.

Tous ont été testés et devront effecteur une nouvelle quatorzaine en arrivant sur place.
Ce matin, avant d'embarquer, c'était donc un mélange de soulagement et d'amertume, comme pour Josia Bordes, qui est resté près de 2 mois à Tahiti et rentre enfin à Raiatea : "Bien sûr, on est soulagés. A deux jours près, ça fera trois quatorzaine que nous faisons. En plus, nous avons signé un engagement pour nous auto-confiner encore pendant 21 jours ! OK, on accepte tout ça. Mais il y a eu un dérapage au départ, je veux le relever : c'était l'histoire de l'hélicoptère qui a atterri à Raiatea. Et la réaction a affolé certains aux Îles-sous-le-vent et nous a empêché de rentrer chez nous, alors qu'on nous avait dit qu'après notre quatorzaine on allait rentrer...et là, c'était fini...Nous, on en a pour 61 jours de confinement !"

Siméon Tefaaora rentre lui aussi, à Raiatea, "soulagé, mais je ne pense pas que je verrais ma famille en arrivant. Le tavana nous attend là-bas et on doit faire notre quatorzaine."

L'hébergement de ces personnes confinées à Tahiti aura coûté 14 millions de Fcp au Pays pour la location de 40 chambres.