Les vœux d'Édouard Fritch pour 2021

institution
Edouard Fritch - voeux
©Présidence de la Polynésie française

Édouard Fritch, président de la Polynésie française, adresse ses vœux à la population du fenua pour la nouvelle année.

Édouard Fritch adresse ses voeux en français :

Mes chers amis,

L’année qui s’achève nous a apporté à tous notre lot d’épreuves. 2020 s’annonçait pourtant comme l’année de la poursuite de la prospérité retrouvée dans notre Pays. L’épidémie mondiale liée à la Covid est venue brutalement nous rappeler qu’en ce bas monde, rien n’est acquis. Puis à la crise sanitaire s’est ajoutée une crise économique qui ont toutes deux déstabilisé le Fenua.

Dans l’urgence, nous avons su faire face ensemble collectivement. Le gouvernement a mobilisé tous les moyens disponibles pour accompagner les entreprises et préserver les emplois, mais aussi pour renforcer nos structures de soins. Nous sommes intervenus pour accompagner les plus démunis d’entre-nous. Nous n’avons laissé personne sur le bord de la route.

L’Etat a toujours été à nos côtés pour exprimer la solidarité de la Nation et je le remercie.

Vous-mêmes, dans votre immense majorité, vous vous êtes pliés avec discipline aux contraintes sanitaires et je vous en remercie.

Je remercie aussi les églises et les maires qui sont des relais indispensables pour la protection des populations. Que de travail abattu, que d’énergie déployée par ceux-ci. Je les remercie du fond du cœur.

Hélas, parmi les plus fragiles d’entre-nous, certains nous ont quittés et d’autres partiront sans doute. Nos pensées et nos prières les accompagnent.

En votre nom à tous, je souhaite remercier très profondément les personnels de l’hôpital, les personnels de l’Institut Malardé, les professionnels de santé plus généralement qu’ils soient du public ou du privé. Ils ont été et ils sont encore admirables dans leur sacrifice personnel pour se dévouer entièrement aux malades. Que le Seigneur les bénisse.

En ces moments de crise intense nous devons faire bloc, montrer notre unité et laisser de côté nos différences, nos égoïsmes. Il nous faut par ailleurs montrer notre compassion envers ceux qui n’ont rien et qui souffrent. Montrer notre reconnaissance envers ceux qui se battent pour protéger ou maintenir l’emploi, et dire notre gratitude à celles et ceux qui continuent à investir dans notre pays, c’est-à-dire ceux qui continuent à faire confiance à la Polynésie française et ses enfants.

C’est aussi avec grandeur d’âme et beaucoup d’humilité que nous surmonterons ces évènements.

L’année 2021 s’ouvre sur un nouvel espoir. Le monde s’est mobilisé dans son combat contre cet ennemi sournois et des vaccins sont aujourd’hui fabriqués. C’est une première bataille de gagnée.

Mais quoi qu’il en soit, nous devrons rester vigilants pendant encore plusieurs mois car la maladie circulera encore ici et par le monde.

Chers amis, je veux rester optimiste, positif car je sais que nous avons toujours collectivement surmonté les épreuves. J’ai confiance en vous.

Au-delà, je suis convaincu que cette pandémie, qui nous interpelle dans nos modes de vie, nous adresse en définitive un message, que nous devons comprendre et prendre en considération.

Notre mère, la terre est malade, opprimée et dévastée.

Plus que jamais, nous devons engager sans plus tarder nos transitions environnementales, modifier nos façons d’être et de consommer, pour nous rendre plus résilients c’est vrai mais aussi plus fort pour faire face aux défis qui nous attendent aujourd’hui et demain.

Je vous souhaite à toutes et à tous de bonnes fêtes de fin d’année, dans la Paix et la joie de vos foyers. Que cette année 2021 porte nos espoirs collectifs d’une vie meilleure et serein.

Édouard Fritch adresse ses voeux en tahitien :

E a’u mau hoa here,

Te hope nei teie matahiti, ’i fa’aruru mai na tātou e rave rahi mau fifi. ’Ua fa’aauhia ho’i teie matahiti 2020 ’ei matahiti nō te titau i te manuiara’a.

I te fifi ea, ’ua tae ato’a mai te fifi o te fa’arava’ira’a faufa’a.

Ua rū tātou pā’āto’a nō te ’aro i teie mau fifi. ’Aita roa a’e ta’ata i ha’amo’ehia e mātou.

’Ua vai noa te Hau Farāni i piha’i iho ia tatou o tā’u ïa e hina’aro nei e ha’amāuruuru maita’i.

Mauruuru ia outou ato’a, te rahira’a o te huira’atira, ’ua fa’atura mai ’outou i te mau fa’ahepora’a, i te pae’au ihoā ra o te ea.

Tē ha’amāuruuru ato’a nei au i te mau ’ētāretia ē tae noa atu i te mau tāvana ’oire. ’Ua riro rātou ’ei pou tūru’ira’a i te pae o te pārurura’a o tō tātou mau huira’atira. E’ita e nehenehe e fa’aau i te rahira’a o te ’ohipa i ravehia e rātou. Māuruuru, mai roto atu ’i te hōhonura’a o tō’u nei ’ā’au.

’A tae ho’i ē, ’e rave rahi ato’a ’o tō tātou feiā paruparu ‘o tei fa’aru’e mai ia tātou, ’e tē vai atu ā paha ’o te fa’aru’e fa’ahou mai. Tē māna’ona’o nei mātou ia rātou i roto i tā mātou mau pure.

Nā ni’a i tō tātou i’oa pā’āto’a, tē hina’aro nei au e ha’amāuruuru i tō tātou mau rave ’ohipa e ha’a nei i roto i te mau fare ma’i, te feiā rave ’ohipa o te pū mā’imira’a Malarde.

E ‘ohipa fa’ahiahia mau tā rātou tauto’ora’a ‘e tō rātou fa’a’ōroma’ira’a nō te aupuru i te feiā ma’i. ‘Ia aroha mai te Fatu ia rātou.

I roto teie tau ‘ārepurepu, e ti’a ‘ia vai ‘āmui noa tātou, ‘ia fa’a’ite tātou i tō tātou hō’ēra’a. E tu’u tātou i vaho te mau mea e fa’ata’a ‘ē nei ia tātou. E tu’u ta tatou mau tautooraa i mua i te aro o te Fatu. Maoti te reira, e upo’oti’a mai tātou i ni’a i taua mau fifi ra.

Tē ‘ōmua ra te matahiti 2021 i ni’a i te hō’ē ti’aturira’a pāpū. ‘Ua ‘aro te ao i teie ‘enemī ‘e e rave rahi mau pātia arai tei hāmanihia teie mahana.

Teie rā, ‘ia vai araara noa tātou i roto i nā ‘āva’e e haere mai nei.

E a’u mau hoa here, tei roto vau i te ti’aturira’a puai mau. Ua fanau mai te hoe faa ora, nō te mea atoa hoi, maoti tō tātou vai hō’ēra’a, ‘ua nehenehe ‘ia tātou i te fa’aruru i taua mau hōpoi’a. Nō reira, tē vai nei tō’u ti’aturira’a ia ‘outou pā’āto’a.

Ia outou te fatu ohipa tei faa ito ito noa eiaha te feia rave ohipa ia ere ta ratou tapu faraoa, noa atu te fifi o te tau.

Ia outou te feia rave ohipa tei faarii ia faa topa hia ta oe moni ava’e, ti’ai noa atu ai, ia mahuta ta tatou imiraa faufa’a.

Ia outou ato’a e tia’i nei i roto i te faaoro’mai ia fana’o outou te tahi maa ohipa iti.

E pure ana’e ia vai noa tatou i roto i te hau, te ho’eraa, eiaha ra i te huehue e te amahamaha.

E tu’u tatou ia na i mua, ei aratai.

E tu’u tatou ia na i piaiho ia tatou, ei ti’ai.

Na na e tura’i ia tatou, tautura’a i te faa tupuraa i tana parau, eiaha ra to tatou noa hinaaro.