polynésie
info locale

Marquises : enceinte, elle est évasanée en bonitier dans une mer démontée

hôpital ua pou
casa
Le Casa de l'armée a dû évasaner en urgence une femme enceinte à Nuku Hiva. ©Sophie D/Lionel Tehaamoana
Le Casa de l'armée a dû être appelé pour une évasan en urgence, à Nuku Hiva, vendredi 17 janvier, suite au transfert compliqué d'une femme enceinte, en bonitier, entre Ua Pou et Nuku Hiva, dans une mer démontée. Une situation délicate qui rappelle l'urgence d'un hélicoptère pour les îles Marquises.
C'est une situation délicate qu'ont eu à gérer les équipes de l'avion Casa de l'armée, vendredi 17 janvier.

Une femme enceinte de 8 mois a dû être transférée de Ua Pou à Nuku Hiva (Marquises), en bonitier, faute de place sur le vol régulier d'Air Tahiti. Or, le transport s'est révélé compliqué, dans une mer démontée. Elle devait être hospitalisée à Nuku Hiva, mais suite à ce transfert délicat, l'avion Casa de l'armée a dû l'évacuer en urgence à Tahiti. En route, les secours se sont arrêtés sur l'atoll de Anaa (Tuamotu), pour une autre évasan.

Cette patiente ayant récemment perdu accidentellement son mari à Ua Pou, les trois autres enfants du couple sont donc restés seuls sur Ua Pou. Une situation intolérable pour le maire de l'île, Joseph Kaiha : "Encore une fois, c'est inadmissible d'envoyer des mères en état de grossesse très avancé. [Concernant les enfants], c'est le centre médical de Ua Pou qui devrait gérer directement ça. Mais il a fallu qu'on appelle Papeete pour enclencher ces démarches et ces enfants vont rejoindre leur mère dès la semaine prochaine pour un suivi psychologique. Je trouve ça dommage qu'à notre niveau, au niveau de notre centre médical, rien n'a été fait pour intégrer les trois enfants, être avec elle sur Papeete pour ce suivi médical et en même temps la grossesse de la maman."

Joseph Kaiha, maire de Ua Pou

La semaine prochaine, la commune de Ua Pou recevra trois élus de l'Assemblée de Polynésie française, dont la présidente du Comité de l'aide médicale urgente et des transports sanitaires, Sylvana Puhetini.

Les élus des Marquises réclament un hélicoptère, encore plus depuis le décès tragique du nourrisson Hoane, en octobre 2019. Le Pays a voté le budget pour l'achat deux hélicoptères en décembre 2019, pour une mise en service "avant juin 2020", s'était engagé le président Edouard Fritch face aux représentants. 

Les Marquises n'ont plus d'hélicoptère depuis 2011, faute de rentabilité.
Publicité