polynésie
info locale

Le récif de Maupiti endommagé par la drague d’une société privée (màj)

pollution maupiti
Le récif de Maupiti endommagé par la drague d’une société privée
©Maupiti Diving
Sans autorisation de circulation, la drague à abîmé le récif corallien sur 2,5 kilomètres.
Mercredi 22 janvier, la drague d’une société privée de Tahiti en charge des travaux du chenal de l’aéroport de Maupiti diligentés par le service de l’équipement est passée sur le récif corallien. Elle devait rejoindre l’aéroport, ce qui a considérablement dégradé le récif.

Aucune autorisation n’a été demandée au préalable à la mairie de Maupiti pour l’acheminement de cette drague par le récif ce jour là. Ce qui a provoqué la colère du Maire Woullingson Raufauore et de ses habitants.

Les agents de cette société ayant pris cette initiative ont été convoqués par le maire pour répondre de leurs actes. Leur responsabilité étant engagée, une rencontre est également prévue avec les responsables du service de l’équipement.

Le gouvernement apporte vendredi soir les précisions suivantes (màj) :

 "Cette pelle-hydraulique sur chenilles, qui appartient à une société privée, est arrivée par bateau à Maupiti, dans le courant de la semaine du 13 janvier, dans le cadre de travaux de désensablement du chenal d’accès à l’aéroport, suite à un appel d’offres de la direction de l’Equipement.
le moyen d’acheminent prévu pour cet engin depuis le quai de Maupiti jusqu’à la base du chantier situé sur le motu Pae’ao de l’aérodrome, était par une barge motorisée.
la drague devait uniquement servir à installer une suceuse de sable dans le chenal, afin d’en dégager l’accès aux bateaux.
la direction de l’Equipement n’a reçu aucune demande de modification du mode d’acheminement de cet engin sur le site du chantier,
la direction de l’Equipement n’a donné aucune autorisation pour faire circuler cet engin sur le récif.
Le ministère de l’Equipement tient également à indiquer qu’une enquête administrative est en cours et fera l’objet par la suite de l’établissement d’un procès-verbal de contravention de grande voirie pour la saisine du Tribunal administratif de la Polynésie française dans les meilleurs délais."


 
Publicité