Multiplication des arrêts de maladie : le conseil de l'ordre contre-attaque

social
conseil de l'ordre de médecins
Déplorant 8 000 arrêts de travail déposés lors de la première quinzaine d'août, la CPS menace d'intensifier les contrôles des prescriptions liées à la covid-19 et aux cas contact. Le Conseil de l'ordre des médecins dénonce la position de la Caisse. Ambiance ...

Dans une circulaire de la Caisse de Prévoyance Sociale diffusée lundi 23 août 2021, la CPS informait les médecins que les arrêts de travail liés au covid-19 indûment prescrits ne seraient plus tolérés et que les contrôles allaient s'intensifier. 

Evoquant des arrêts de travail prescrits aux "cas contact" ne présentant aucun symptôme, ce courrier invitait les praticiens à rediriger ces personnes asymptomatiques vers leurs employeurs.

La réponse du conseil de l'ordre des médecins ne s'est pas faite attendre. 

Dans une lettre ouverte en date du 25 août adressé à Tuterai Tumahai, directeur de la CPS par délégation, le docteur Nedim Al Wardi, président du Conseil de l'ordre, dénonce "le ton comminatoire" de la circulaire à même d'entretenir "de manière infondée et nuisible un climat délétère de suspicion à l'égard des prescripteurs" d'arrêts de travail.

Concernant les arrêts de travail litigieux, le Conseil de l'ordre rapelle que l'exercice de la médecine demeure personnel et ajoute que "les adaptations de postes de travail ne sont pas toujours possibles" et que "l'impossibilité de faire mention du covid sur les arrêts de travail ne permet pas au contrôle médical de préjuger de la pertinence d'octroyer ou non au malade le bénéfice d'heures de sorties"

L'organisme de défense et de réugulation des médecins déplore par ailleurs que cette circulaire ne s'adresse qu'aux médecins libéraux.

Evoquant des menaces, le Conseil de l'ordre réplique : "nous croyons nécessaire de rappeler que que toute imputation d'un fait qui porte atteinte à l'honneur ou à la déconsidération du corps médical est une diffamation".

 

L'intégralité de la lettre ouverte :

 

Lettre ouverte du conseil de l'ordre
Lettre ouverte du conseil de l'ordre