Les premiers voeux d'Emmanuel Macron

france
Emmanuel Macron
Emmanuel Macron durant ses vœux aux Français. ©France Télévisions
Le chef de l'Etat s'est exprimé depuis l'Elysée, dimanche 31 décembre. Il a notamment lancé un appel à "l'engagement" des Français.

Baptême du feu terminé pour Emmanuel Macron. Le chef de l'Etat a adressé, dimanche 31 décembre, pour la première fois, ses vœux aux Français pour la nouvelle année. Sans surprendre sur la forme, il s'est voulu rassembleur et volontaire. Voici, en cinq points, les principaux points de son discours.

Jusqu'au bout, il avait laissé planer le suspens. Finalement, Emmanuel Macron a proposé des vœux sans fioriture sur la forme. Le chef de l'Etat est apparu assis dans le bureau d'angle de l'Elysée, où il avait déjà donné sa première interview télévisée. Devant des notes manuscrites et un modeste crayon à papier en guise de décoration, il s'est exprimé en différé pendant 17 minutes et 51 secondes – passant à quelques secondes du record de longueur du général de Gaulle, établi en 1961.

Les vœux : solidaires


Le président a débuté son discours avec une pensée pour les citoyens "aujourd'hui au travail", dont il a salué "l'engagement", et pour les personnes qui sont "seules, souffrent ou sont malades". "Les mille fils tendus qui nous tiennent sont plus forts que leur solitude", a-t-il affirmé.

Je sais aussi que plusieurs d'entre vous, ce soir, sont seuls, souffrent, ou sont malades, et je sais que, dans ces moments de fête, cette solitude et cette souffrance sont plus dures à supporters. Je veux leur dire qu'ils appartiennent à une grande nation.

    - Emmanuel Macron, lors des voeux aux Français

 

La promesse : de l'action


Présentant 2017 comme "l'année du choix" des Français de l'élire président, Emmanuel Macron a dit s'être depuis "attaché à simplement faire". "Je continuerai à faire ce pour quoi vous m'avez élu", a-t-il martelé, promettant "la même force, le même rythme, la même intensité" pour 2018. Le chef de l'Etat a promis "respect" et "écoute" pour "les voix discordantes", avant de prévenir : "Pour autant, je n'arrêterai pas d'agir."

Toujours j'écouterai, je respecterai et, toujours, à la fin, je ferai.
-    Emmanuel Macron, lors de ses vœux aux Français
 

Le mea culpa : l'aide aux sans-abri


Le président de la République a reconnu la persistance de "situations qui ne sont pas acceptables" parmi les personnes sans-abri. "Nous continuerons l'effort indispensable pour réussir à tenir l'engagement que j'ai pris devant vous", a-t-il promis, en allusion à son souhait exprimé en juillet de "ne plus avoir des femmes et des hommes dans les rues" d'ici à la fin de l'année. Une promesse non tenue.

Je veux que nous puissions apporter un toit à tous ceux qui sont sans-abri. Le gouvernement a beaucoup amélioré les choses, mais il y a encore des situations qui ne sont pas acceptables. (...) Comptez sur ma détermination entière en la matière.

    - Emmanuel Macron, lors de ses vœux aux Français

 

L'appel : "J'ai besoin de vous"


Durant quelques instants, les vœux aux Français se sont mués en vœux aux Européens. "Chers citoyens européens, j'ai besoin de vous", a-t-il lancé, appelant à "un sursaut européen" en 2018, avant les élections européennes de 2019 (et le Brexit, qu'il n'a pas mentionné). En fin de discours, Emmanuel Macron a dit avoir également "besoin" de "l'engagement" des Français. "Nous sommes capables de l'exceptionnel", a-t-il conclu, tout en empruntant une célèbre formule de John F. Kennedy.

Demandez-vous chaque matin ce que vous pouvez faire pour le pays.

    - Emmanuel Macron, lors de ses vœux aux Français