Deux personnes autorisées à venir en hélicoptère à Raiatea, la maire d'Uturoa s'interroge

coronavirus raiatea
Tahiti Nui Helicopters
C'est un hélicoptère comme celui-ci qui a servi au transport de deux particuliers vers Raiatea. ©Polynésie La 1ère
Sylviane Terooatea, maire d'Uturoa, est mécontente ce mercredi matin. Deux personnes venues de Tahiti ont atterri à Raiatea hier pour rendre visite à un proche en fin de vie, alors que sa population est confinée. Elle se dit "outrée" et "en colère".
Sylviane Terooatea, maire d’Uturoa, est en colère, et elle le fait savoir. Deux personnes ont atterri par hélicoptère sur son île de Raiatea, hier, avec l’autorisation du Haut-commissariat, et sans qu’elle en soit informée au préalable. Ils venaient rendre visite à une personne de leur famille en fin de vie.

« Hier soir nous n’avions pas du tout été informés de l’arrivée d’un hélico transportant deux personnes venant de Tahiti pour venir dire au revoir à leurs parents ou la grand-mère ou la maman, je n’en sais rien » , a expliqué Sylviane Terooatea sur l’antenne de La 1ère radio ce matin.

La mairesse se dit « pas contente », et même « outrée » et « en colère » :  « Nous avons un PCS qui est mis en place par arrêté de la commune de Uturoa et on doit se relayer les infos avec l’Etat et le pays » explique Sylviane Terooatea, qui estime qu'elle aurait dû être prévenue, a minima, alors que les autorités de l’île ont fait de leur côté de gros efforts qui ont permis d’éviter l’importation du Covid-19 à Raiatea.

« Nous avons zéro cas. Je ne dis pas que c’est grâce à ce travail, mais on fait tout notre possible pour éviter qu’une personne de Tahiti touche notre île » rappelle la mairesse.

Autorisation en bonne et due forme

Ces deux personnes avaient une autorisation, affirme Sylviane Terooatea, qui s’interroge : « Il va falloir m’expliquer quel est le motif qui a autorisé ces personnes à venir, en plus à l’hôpital d’Uturoa. Aujourd’hui l’hôpital interdit toute visite, même le tavana ne peut pas venir, je suis interdite de visite, et pourquoi on autorise à deux personnes de Tahiti de venir visiter la famille ? » questionne-t-elle.

Echaudée, Sylviane Teroroatea a donc fait « comme saint Thomas » : elle est venue s’assurer par elle-même qu’aucun passager venu de Tahiti ne débarquait du Hawaiki Nui ce matin.

« Je n’en veux pas à ces personnes qui sont venues voir un parent en phase terminale, conclut la mairesse « je comprends parfaitement, mais j’en veux à ceux qui ont autorisé alors qu’il y a un arrêté du Haut-commissariat que nous sommes en train de faire respecter à nos populations »

711 000 francs le trajet en hélicoptère

C'est la société Tahiti Nui Helicopters, filiale de Air Tahiti, qui a effectué ce vol. TNH facture 711 000 francs pacifique un trajet de ce type, un aller-simple avec retour à vide vers l'île de Tahiti.

Ce vol avait reçu toutes les autorisations nécessaires du Haut-commissariat.

Depuis le début du confinement, la société TNH avait arrêté toutes ses activités de transport panoramique ou vers les îles. Elle se tient en stand-by pour les éventuelles évacuations sanitaires à venir dans le cadre de l'épidémie de Covid-19. 

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live