Sébastien Lecornu "ouvert à une adaptation du pass sanitaire Outre-mer"

coronavirus
Nucléaire : pour Sébastien Lecornu le système d’indemnisation est « trop rigide, trop technocratique, peu adapté »
Nucléaire : pour Sébastien Lecornu le système d’indemnisation est « trop rigide, trop technocratique, peu adapté » ©Polynesie la1ere
Dans une interview accordée à Libération publiée le 1er août, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, déclare qu'il pourrait y avoir des "adaptations" au pass sanitaire dans les Outre-mer. Il appelle les élus locaux à lui faire des propositions.

Dans une interview accordée au quotidien Libération le 1er août, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, s'est dit "ouvert à une adaptation du pass sanitaire en Outre-mer. [...] La question [du pass sanitaire, ndlr] se posera lorsque l’on mettra fin aux mesures de freinage. Par principe, il y aura un pass sanitaire car il n’y a pas de raison de restreindre les libertés collectives indéfiniment pour ceux qui ont fait le choix de se vacciner."

"La question [du pass sanitaire, ndlr] se posera lorsque l’on mettra fin aux mesures de freinage. Par principe, il y aura un pass sanitaire car il n’y a pas de raison de restreindre les libertés collectives indéfiniment pour ceux qui ont fait le choix de se vacciner."

Sébastien Lecornu, ministre des outre-mer

Très faible taux de vaccination, "lié à notre histoire coloniale"

 

Déjà en vigueur dans les lieux de culture et de loisirs accueillant plus de 50 personnes, le pass sanitaire doit être étendu aux cafés, bars et restaurants à partir du 9 août sur le territoire national. Alors que les manifestations se multiplient dans l'Hexagone contre l'instauration de ce pass, la situation sanitaire dans les Outre-mer se dégrade, face à un faible taux de vaccination.

16% de la population complètement vaccinée aux Antilles qui reconfinent, 30% à la Réunion, 26% en Polynésie où de nouvelles contraintes sanitaires viennent d'être remises en place, contre 47% dans l'Hexagone. Dans cette interview, le ministre des Outre-mer a reconnu qu' "il y a clairement une résistance à la vaccination, qui peut s’expliquer par des réticences culturelles ou religieuses. C’est aussi lié à notre histoire coloniale où, par le passé, des décisions sanitaires ont parfois été imposées aux habitants de ces territoires. Enfin, beaucoup de fake news circulent. [...] Dès lors que le taux de vaccination en outre-mer reste très bas, même avec un respect des mesures barrières et même si on y vit davantage en extérieur, les populations sont plus exposées au virus qu’ailleurs."

La Martinique, qui connaît l'un des taux d'incidence les plus importants, reconfine. Retour du couvre-feu et des motifs impérieux en Guadeloupe. Confinement partiel et couvre-feu à la Réunion, où les taux d’incidence restent quand même bien plus élevés qu’en Polynésie.

"Une adaptation du pass sanitaire"

 

Dans les colonnes de Libération, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, évoque la mise en place d'un pass sanitaire Outre-mer : "Je l’ai dit aux élus : je suis ouvert à des recommandations venant du terrain sur une adaptation du pass sanitaire en outre-mer sans remettre en cause son principe même. Adaptation soit sur le calendrier soit sur les lieux concernés. Je rappelle que les outre-mer sont les premiers territoires dans lesquels on a expérimenté de laisser ouverts les restaurants en extérieur. C’est ce qui avait inspiré la réouverture des terrasses dans l’Hexagone."

Le ministre des Outre-mer a également invité "les élus locaux à montrer l'exemple, en se faisant vacciner, mais aussi en disant qu'ils le sont" et appelle "la communauté médicale d'outre-mer à reprendre la parole dans les médias, sur les réseaux sociaux, pour expliquer à quel point ce retard vaccinal produira malheureusement des effets épouvantables sur le système de soins.”

Le Président Edouard Fritch s'y était déjà dit favorable dans les lieux de loisirs et culturels le plus tôt possible.

Ce week-end, 4 autres personnes sont décédées des suites de la Covid-19 en Polynésie.