Tahaa : matériel saisi et garde à vue après des agressions sonores

faits divers tahaa
matériel sono saisi
Le matériel à l'origine des agressions sonores a été saisi par les autorités. ©Gendarmerie
A Tahaa, un homme à l'origine d'agressions sonores en diffusant de la musique beaucoup trop fort dans son quartier a été placé en garde à vue, et son matériel saisi. Placé sous contrôle judiciaire, il comparaîtra devant la justice en janvier prochain.

Dimanche dernier vers 19h00, la gendarmerie a été sollicitée pour faire cesser des nuisances sonores occasionnées par un individu qui diffusait de la musique de manière excessive avec de fortes basses, troublant ainsi la tranquillité des habitants du quartier Motutiairi à TAHAA.

L'intervention des gendarmes de la brigade n'a pas permis de mettre un terme aux agissements du mis en cause fortement alcoolisé qui montait le volume du son et prolongeait les nuisances jusqu’à 4h du matin.

Ecoutez la maire déléguée de Vaitoare :

Le lendemain, l'intervention de la maire déléguée de la commune de VAITOARE n'a eu aucun effet sur le comportement du mis en cause qui, le soir même, a réitéré le tapage de 18h50 jusqu'à 23h. Une nouvelle intervention des gendarmes s’est avérée infructueuse.

Les militaires de la brigade de Tahaa, au vu de leurs constations et de deux plaintes de victimes, a interpellé le mis en cause à son domicile dans le journée du mardi 13 septembre.

Placé en garde à vue pour le délit de « troubles à la tranquillité d'autrui par agressions sonores », le mis en cause âgé de 26 ans, originaire de Raiatea, a reconnu les faits.

La perquisition de son domicile a permis la saisie du matériel sonore ayant servi à commettre l’infraction (sonos, amplis, enceintes, batteries).

Bientôt devant la justice

À l’issue de sa garde à vue le mis en cause a été déféré au parquet de Papeete ce jeudi, le procureur de la République lui a notifié par procès-verbal une convocation devant le tribunal correctionnel pour l’audience du 27 janvier 2023.

Sur ses réquisitions, le juge des libertés et de la détention a placé sous contrôle judiciaire l’intéressé avec, notamment, interdiction de retourner sur l'île de TAHAA jusqu'à l'audience.