Aéroport de Tahiti : les coulisses de la sécurité

transports tahiti
sécurité aéroport
Les contrôles restent les mêmes. Seul le matériel a évolué depuis le 11 septembre 2001. ©P. Tsing Tsing/POL1ère
Alors que les aéroports français et australiens relèvent leur niveau d'alerte, celui de Tahiti reste en "Vigipirate renforcé". Concrètement, la sécurité a peu évolué depuis l'attentat du 11 septembre 2001. Le point sur le parcours de nos bagages et la sécurité des passagers.
Les contrôles de sûreté à l’aéroport de Tahiti-Faa'a ont peu évolué suite aux mesures prises après les attentats du 11 septembre 2001. Les passagers sont scannés grâce à des portiques de sécurité. Les bagages passent dans des scanners. En cas de doute, ils sont fouillés.

Ce qui a changé, c’est le matériel qui a évolué : "Les dernières acquisitions que nous avons faites avaient pour but de suivre les évolutions technologiques, explique Eric Dumas, directeur général de l'Aéroport de Tahiti. Maintenant on a des machines à double vue, c'est-à-dire qui prennent le bagage sous deux angles différents pour permettre à l'opérateur d'avoir une meilleure visibilité sur le contenu du bagage."

Les bagages en soute subissent le même traitement. Ils passent dans un scanner pour s’assurer qu’ils ne contiennent pas d’explosif, notamment. En cas de doute, ils entrent alors dans un autre scanner plus sensible. "C'est la même technologie qu'un scanner médical, précise le directeur général d'ADT, c'est-à-dire qu'il va 'couper' le bagages en tranches et analyser les objets qui sont à l'intérieur. C'est extrêmement précis. C'est une machine qui coûte extrêmement cher, plusieurs millions d'euros, et elle est vraiment très fine."   

Si le doute persiste, le bagage est ouvert en présence de son propriétaire. Ces mesures de sécurité sont les mêmes pour les vols locaux comme pour les vols internationaux. Pour le Capitaine Vaitiare Dupont, Inspecteur de l'Aviation Civile, la raison est simple : "Sur le tarmac de l'aéroport de Tahiti-Faa'a, vous trouvez à la fois des aéronefs des vols domestiques, desservant les îles de Polynésie. Mais également des aéronefs desservant les Etats-Unis, les pays étrangers...Pour le coup, la zone tarmac devant doit être 'stérilisée' complètement, c'est pour ça que les mesures de sûreté sont les mêmes.

Un dispositif identique à ceux de métropole


Les dispositifs mis en place selon la direction de l’aéroport, sont identiques à ceux de métropole, pourtant en état d’urgence alors que la Polynésie n’est qu’en "Vigipirate renforcé" : "La 'vigilance renforcée' a en moins un nombre de patrouilles que l'Etat met en place dans les aéroports métropolitains qui visent à dissuader d'éventuels terroristes à venir commettre des attaques dans l'aéroport, précise le directeur général."

Pour l’aéroport, le niveau de sécurité est déjà au maximum. De plus, une nouvelle règlementation applicable en 2020 obligera tous les aéroports de France à passer systématiquement les bagages en soute par le scanner de type médical. Une évolution qui a été évaluée par ADT à 800 millions de francs cp, ne serait-ce que pour le réaménagement de la salle de contrôle. Un coût qui risque d’avoir des répercussions sur la taxe aéroportuaire. 
Aéroport de Tahiti, les coulisses de la sécurité