Affaire Gilles Yau : quatre ans de prison de nouveau requis en appel

justice tahiti
Gilles Yau / tribunal
©Polynésie la 1ère
Jeudi 1er octobre, le patron d’Agritech comparaissait en appel pour agression sexuelle sur mineure. Lors du procès en première instance, Gilles Yau a écopé de 5 ans de prison dont un avec sursis. Une peinre requise de nouveau par l'avocat général. Réponse le 15 octobre prochain.
Le président de la fédération générale du commerce, Gilles Yau, a comparu jeudi en cour d’appel pour agression sexuelle sur mineure. L’avocat général a requis la confirmation de la peine  de 5 ans de prison dont 1 an avec sursis. Une peine prononcée en première instance le 10 mars dernier par le tribunal correctionnel de Papeete. La décision sera rendue le 15 octobre prochain. 

En mars dernier, le patron d’Agritech avait également été condamné à se faire soigner et indemniser la victime à hauteur d’un million cfp. Gilles Yau est inscrit désormais au fichier des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes (Fijais). 

La justice reproche à Gilles Yau d’avoir eu une relation sexuelle non consentie avec une adolescente de 15 ans. Les faits remontent à juillet 2013 à la suite d’une séance de photographies dénudées réalisée avec la jeune mineure.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live