Australie : saisie record d'ice caché dans des soutiens-gorge

monde tahiti
Australie : saisie record d'ice caché dans des soutiens-gorge
©nouvellecaledonie.la1ère.fr
1,26 milliard de dollars : c'est la valeur de la drogue découverte par la police australienne dans des coussinets de soutiens-gorge, au milieu de tubes de peinture. Quatre Hongkongais ont été arrêtés. 
C'est la plus grande saisie d'ice de l'histoire du pays, selon le ministre australien de la Justice, Michael Keenan.En tout, 720 litres de méthamphétamine liquide ont été trouvés dans une cargaison envoyée d'Asie et dans des entrepôts à Sydney.
Cela faisait plusieurs semaines que la police enquêtait sur un trafic d'ice entre Hong-Kong et l'Australie. Une première arrestation a d'ailleurs eu lieu le mois dernier. En tout, quatre Hongkongais, trois hommes et une femme, âgés de 33 à 59 ans, ont été interpellés. Ils risquent la prison à vie, indique le ministre de la Justice.

Les gens ne cessent de se droguer
 
L'ice fait des ravages en Australie. Plus de 1,3 million de personnes auraient testé cette drogue réputée très addictive. Les centres de désintoxication se disent d'ailleurs submergés par les accros à la méthamphétamine. L'an dernier, le gouvernement a créé un groupe de travail pour lutter contre l'ice, mais ses réflexions n'ont pas été communiquées, pour le moment.
Et cette drogue de synthèse n'est pas la seule à poser problème : de nombreux jeunes prennent de l'ecstasy et de la MDMA, rapporte Mick Palmer, l'ancien chef de la police fédérale australienne. Le nombre de 16-24 ans à être admis aux urgences pour des troubles liées à la consommation d'ecstasy a doublé ces six dernières années. Les arrestations pour prise d'ecstasy et de MDMA ont quadruplé au cours des dix dernières années. Et ces douze derniers mois, sept jeunes sont décédés après avoir consommé de la drogue lors de festivals.

...et de mourir


Un constat s'impose donc : les diverses mesures prises par les autorités sont inefficaces. Il est temps de changer de méthode, demande Nicholas Cowdrey, ancien directeur des poursuites pénales de Nouvelle-Galles-du-Sud :
« À moins qu'on change radicalement d'approche, les gens vont continuer à mourir, ils vont continuer à souffrir de maladies liées à leur addiction, et les criminels continueront à profiter grandement de cette consommation de drogues. On ne doit pas se voiler la face, ça ne va pas s'arrêter, alors on doit changer de méthode. »
Certains proposent d'installer des machines dans les festivals pour vérifier la qualité des drogues vendues, sans empêcher les jeunes de les consommer. Controversée, la mesure n'a jamais encore été mise en pratique en Australie.

Source E.Largenton/Radio Australia
Les Outre-mer en continu
Accéder au live